« Separati Fedeli » est né à Milan en 2001 grâce à l’initiative et à l’engagement solidaire de quelques époux séparés, avec l’appui et l’encouragement de l’Office national pour la Pastorale familiale de la CEI (Conférence des Évêques d’Italie) en la personne de son responsable d’alors, le père Renzo Bonetti, qui, depuis le début, demeure le référent spirituel de l’association.

On voit tout de suite la nouveauté de ce chemin spirituel, qui ne change en rien la vocation originelle du sacrement baptismal et du sacrement nuptial, mais qui requiert une attention nouvelle, pastorale et théologique. Un chemin de spiritualité destiné aux personnes séparées ou divorcées qui, dans la fidélité au sacrement de mariage, choisissent, avec l’aide de la Grâce divine, de vivre un amour pour toujours, au-delà de l’échec humain.

Les principaux objectifs de l’association sont d’aider ses membres à :
-          approfondir la vie chrétienne, le sens du mariage-sacrement… d’initier ou de poursuivre un chemin à la suite du Seigneur
-          être signe d’espérance dans l’Église et dans la société…
-          rester spirituellement « féconds » en assumant leurs engagements quotidiens dans le travail et la famille et en mettant leur expérience personnelle au service de la communauté chrétienne.
-          porter au sein de l’Église la voix, la problématique, la souffrance des familles séparées. En faire une source de richesses à valoriser.

Pour beaucoup de membres de Separati Fedeli, la séparation, souvent vécue comme l’expérience personnelle la plus douloureuse qui soit, la plus déchirante, a permis une profonde réflexion sur soi-même et la redécouverte du sacrement de mariage. Beaucoup ont fait l’expérience d’un dieu différent de celui connu jusqu’alors : le Dieu « raconté » a fait place à un Dieu connu personnellement. Jusqu’à découvrir, par grâce, que la souffrance de la séparation est comparable à la solitude, à l’abandon et finalement à la trahison que le Seigneur lui-même a soufferts à Gethsémani…

Le drame de la séparation a parfois permis de secouer une vie un peu molle, une foi un peu tiède, à mettre fin à des équilibres fragiles et à des compromis intérieurs. Des questions fondamentales ont alors émergé des cendres de l’habitude, avec toute leur force et leur urgence, et le désir est né d’un grand saut dans une foi vivante, souvent longtemps laissée de côté.

L’association propose chaque année deux ou trois rencontres nationales pour se retrouver, prier et se former. L’une a lieu à Vérone et les autres dans une autre ville. D’autres rencontres sont organisées localement. Les membres appartiennent à divers diocèses : Vérone, Florence, Sienne, Venise, Milan, Rome, Naples, Gênes. Ils peuvent faire partie d’autres mouvements d’Eglise : forte de ces diverses appartenances et spiritualités, l’association s’enrichit de l’apport de chacun. Elle veut être simplement d’Église en se référant à ses évêques.

En mars 2009, l’association « Separati Fedeli » vient d’être officiellement reconnue dans l’Église comme mouvement appartenant à la Pastorale Familiale.

Responsables de « Separati Fedeli » (Consiglio direttivo / Conseil de direction) :
Ernesto Emanuele de Milan
Emanuele Scotti de Gênes (venu à Lourdes avec la Communion en août 2008)
Annamaria Esposito de Naples
Roberto Ferraro de Florence

(traduction du document original SF – extrait)