Index de l'article


Rester fidèle à son sacrement, cela a-t-il du sens ? « Derrière le sacrement, il y a la fidélité de Dieu. Dieu nous a faits pour une vocation au bonheur » précise l’enseignant du jour, le Père Antoine-Marie Berthaud, dominicain de Bordeaux et conseiller spirituel général du mouvement.  « Le mariage, c’est l’image du bonheur. Qu’est-ce qui vient casser le mariage ? La mésentente, le divorce. La complémentarité de l’homme et de la femme, que Dieu a voulue pour réaliser un bonheur réciproque, est inscrite dans le cœur de la nature humaine, mais ce sont des difficultés normales de complémentarité qui endurcissent le cœur. Le divorce est le résultat de cet endurcissement. »
Comment reconstruire quelque chose après l’échec ? « N’ayez pas peur de revenir vers Dieu ! » répond le dominicain. Se référant à la rencontre de Jésus avec la femme adultère, il explique : « le Christ ne la condamne pas, il lui dit simplement : va mais ne pèche plus ! Et il lui pardonne son péché. C’est à ce Dieu-là que j’ai donné ma vie, c’est à ce Dieu-là que les membres de la Communion Notre-Dame de l’Alliance veulent s’accrocher, veulent s’unir, pour vivre la fidélité malgré les vents contraires et les ricanements du monde ».