p-cossementUn des moments de grâce durant la retraite fut la veillée d'adoration et de réconciliation. Pour l'introduire, le Père Christophe Cossement nous a gratifiés de cette belle homélie.

« Voici le moment tout à fait favorable » dit saint Paul…

On pourrait faire un raccourci et dire : voici le moment favorable pour vous confesser ! Saint Paul parlait d’abord de ce moment favorable qu’était la venue du Christ, la visite de Dieu et son salut.  Mais cela peut avoir aussi une dimension personnelle. Lorsque je regarde nos vies, celle de plusieurs d’entre nous et la mienne aussi, je me rends compte de toute la patience qu’il faut à Dieu pour nous attirer à Lui.  Dieu — qui d’ailleurs déteste l’impatience, et l’impatience n’obtient rien de Dieu — travaille lentement nos cœurs. Il voit déjà où nous pourrions arriver dans notre progrès mais il sait bien que nous n’y sommes pas encore et qu’il nous faut passer encore par des tas d’étapes que nous ne connaissons même pas.  La vie chrétienne est un réel progrès, une venue progressive à la lumière à travers toutes sortes d’interpellations, de longues maturations, et puis de temps en temps survient un pas décisif, un moment favorable pour lequel il y aura un avant et un après, par lequel plus rien ne sera comme avant.  Il y a comme ça des moments favorables qu’il faut pouvoir sentir et saisir.  Et il se pourrait que ce soit maintenant… C’est maintenant le moment favorable et il y en aura sans doute d’autres ! Le Seigneur qui est si patient veut aussi marquer des jalons dans notre vie, pour nous empêcher de retomber en arrière. 
La lecture d’Osée (2, 16s) — et il fallait oser prendre un texte pareil aujourd’hui — nous parle d’intimité.  Ce que Dieu veut avec son peuple, avec chaque homme, avec chaque femme, c’est de vivre l’intimité.  Et pour en parler, il utilise le vocabulaire de l’amour humain et du projet conjugal : je vais te fiancer, tu m’appelleras « mon mari »... Ces mots peuvent réveiller en plusieurs d’entre nous la douleur d’un univers perdu.  Et pourtant, c’est vers l’avant que le Seigneur nous attire.  Tout homme a besoin d’intimité.  C’est-à-dire de pouvoir communiquer le plus profond de son cœur à quelqu’un qui lui montre qu’il est intéressé par ce plus profond de lui-même.  Si nous avons ce besoin d’intimité, c’est parce que Dieu nous a faits ainsi.  Parce qu’il nous a faits pour l’intimité. Dans la vie de solitude, quelque chose de nous souffre, tant pour les personnes mariées qui sont séparées et qui vivent seules que pour d’autres qui vivent une grande solitude sous les apparences d’un couple, et d’autres encore qui sont célibataires en l’ayant choisi ou non.  Pour chacun, l’intimité avec le Seigneur est vitale, nous en avons besoin, c’est notre nourriture.  Et cette intimité a besoin de temps en temps d’être rétablie, d’être pacifiée. C’est le sacrement de réconciliation qui nous réintroduit dans cette intimité profonde avec Dieu, balayant cet obstacle important qu’est la culpabilité, donnant de nouveau la joie d’être accueilli tel que nous sommes.