Récollection d’hiver en Belgique
Nous avons eu la chance que notre dernière récollection soit prêchée par le père Henri-Marie Mottin. Prêtre français de la communauté de l’Emmanuel du diocèse de Marseille, il est actuellement responsable des séminaristes de l’Emmanuel en formation à Bruxelles.
Reco-Belg-hiver-316Sa licence à Lyon a porté sur le thème de l’indissolubilité du mariage où il a travaillé avec Xavier Lacroix. Il a également rencontré, à plus d’une occasion, le père Nourrissat lors des journées pour personnes séparées, divorcées et remariées.
Ayant eu beaucoup de contacts avec des personnes vivant la séparation mais le remariage, il était heureux de pouvoir rencontrer des personnes ayant choisi la fidélité après la séparation.
Il a commencé son premier enseignement par une longue évocation sur le nom de la Communion Notre-Dame de l’Alliance. C’est ce passage que je vous livre tellement il nous a tous touchés lors de notre récollection. Ce texte est tel qu’il me l’a donné.

La Communion Notre-Dame de l’Alliance, un nom tellement significatif

Communion... visée, but ultime de tout pardon, de toute miséricorde : rétablir la communion.
La communion c’est une aspiration, un appel universel. Expression de l’Amour. Elle a de multiples degrés (communications, relations, liens sociaux, familiaux...).
La plus haute expression humaine de la communion, c’est le mariage. La communion est le sens même du mariage, communion la plus forte que l’être humain puisse instaurer et vivre. Institution de la communion des différences. Image et Ressemblance divine (Genèse 1, 27 : homme et femme il les créa, à l’image de Dieu il les créa). La seule communion qui lui soit "supérieure" c’est la communion avec Dieu (célibat consacré, Eucharistie).
La communion de la CNDA : Qu’est-elle ? La prise de conscience profonde que "seul" on ne peut tenir. Il faut établir des liens de communion pour pouvoir avancer. Lien de communion, et humaine et dans la foi.
Seulement humaine, cette communion ne pourrait soutenir véritablement, car le lien blessé par la séparation est le plus haut qui soit : le mariage ! D’où l’importance capitale de bien situer cette communion dans la plus haute dimension : en Dieu, source de toute communion. La communion "dans la foi" comme "dans l’épreuve" (ou "le défi" pour ceux dont l’épreuve a pu s’atténuer pour telle ou telle raison), permet de puiser ensemble et se fortifier sans lâcher sur l’essentiel.
CNDA : il s’agit donc de s’appuyer sur la communion humaine, la solidarité, dans une situation de souffrance, de rupture, d’échec... en prenant appui sur la foi de Celle qui, avec le Christ, a connu la plus
grande souffrance, l’expérience de la plus injuste "rupture", de l’échec apparent... la communion à la Croix du Christ : Marie, qui est toujours restée dans l’Alliance.
Bien plus, Marie génère et restaure l’Alliance. Elle est la Mère de l’Alliance nouvelle: l’humanité du Christ. Elle donne à l’Alliance toute sa fécondité, même lorsque l’alliance est blessée.

Notre-Dame : celle qui est toute compassion, Mère de Miséricorde, car elle est la toute pure, sans péché. Le péché est en lui-même opposé à la communion et à la compassion. Marie Immaculée, sans péché, est comme créature la plus à même de nous porter une juste et forte compassion, et la plus à même pour nous aider à vivre dans la fidélité à la communion, et aux exigences de la communion.

Notre-Dame d’Alliance : sous ce vocable, elle est celle qui nous fait entrer dans l’Alliance fondamentale avec Dieu. Celle qui nous donne de vivre la fidélité à notre alliance.
Importance d’évoquer tout cela au début d’une réflexion sur la Miséricorde et le Pardon car c’est bien en vue d’être fortifié dans notre route spécifique que nous nous penchons sur ces thèmes.
Le péché, quel qu’il soit, blesse, offense la communion. Il est division. La miséricorde (le pardon) guérit, rachète, le péché, la division. Elle est communion.
Voilà pourquoi une réflexion sur la miséricorde n’est pas accessoire dans votre cheminement. Votre situation est marquée d’une souffrance. Elle est aussi essentiellement habitée par une grande force : la miséricorde. C’est précisément dans le champ de l’Alliance que la Miséricorde trouve son origine et son sens.
Voilà comme un prêtre nous voit avant même de nous connaître de l’intérieur. Merci Seigneur pour cette belle évocation.
Marie-France (Louvain-la-Neuve) – BELGIQUE