en Belgique

Belgique.JPG

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Belgique2016

lieu de récollection :

Monastère de l'Alliance

Rixensart

responsables :

  

Bernadette Di Tullio

Béatrice Gallez

+32 (0)24 371 511

+32 (0)10 451 192

conseiller spirituel : 

père Philippe Degand

 

  ;

« A la fin de ma première retraite à Lisieux, le père Bandelier me dit "le plus court chemin pour aller à Jésus est de passer par Marie". Je n’étais pas convaincue car j’avais fait plusieurs belles expériences de rencontres profondes avec le Christ et n’avais aucune affinité pour faire l’expérience d’un chemin avec Marie.

Temoignage 345 1Bien que je sois d’une famille chrétienne, on ne priait guère en famille et jamais le chapelet. Je trouvais d’ailleurs étrange de voir des personnes prier ce chapelet à la messe, me demandant comment elles pouvaient être pleinement à la fois dans l’eucharistie et dans la prière.

Cependant cette parole de passer par Marie m’a poursuivie depuis cette première retraite. Petit à petit, je me suis laissée interpeler par l’histoire de Marie, comment elle a vécu sa vie auprès de son Fils et le sens que cela pouvait avoir dans ma vie.

J’ai réalisé que mes parents m’avaient donné ce prénom comme si d’emblée ils me mettaient sous le regard de tendresse de notre Mère à tous. J’ai eu l’occasion d’aller plusieurs fois dans des lieux mariaux qui ont toujours été des endroits où je pouvais retrouver une paix intérieure et repartir avec sérénité dans la vie.

Au cours de cette année, lors d’une célébration pour enfants, le prêtre en commentant les noces de Cana a proposé que pendant la semaine nous disions chaque jour trois "Je vous salue Marie" : le premier pour que Marie parle de moi à Jésus, le second pour que j’écoute la volonté de Dieu et le troisième pour que cet événement arrive rapidement. Cela m’a touchée et, comme une enfant, j’ai prié depuis presque quotidiennement cette triple prière à Marie. A cette époque, j’ignorais encore combien cette triple invocation allait me permettre de renaître.

Il se fait que dans ma vie, plusieurs femmes ont été une entrave à mon bonheur profond en commençant par ma maman qui n’a pas pu m’accueillir comme une maman aimante et heureuse de donner la vie ; il y a eu aussi la compagne de mon mari qui a été un moteur dans notre séparation et une blessure immense pour toute notre famille ; ainsi que d’autres femmes qui, à leur manière, ont porté atteinte à ma vie par une forme de non-respect de la personne que je suis. 

J’ai lutté pour survivre à toutes ces blessures du non-amour, du manque d’amour, en construisant une carapace, une armure dans laquelle je m’épuisais de plus en plus au point de perdre la joie de vivre.

temoignage 345 2J’ai fini par entreprendre une thérapie et le Seigneur m’a guidée vers quelqu’un qui portait le doux prénom de Marie. J’ai pu apercevoir plus clairement les entraves de ma vie, ce par quoi j’étais passée et comment je me débattais dans la vie, j’ai surtout pu reprendre confiance en moi. Mais je luttais encore car il fallait que je passe par une épreuve qui est de renaître à la vie c’est-dire passer par un canal étroit de l’accouchement et pousser un cri : des pleurs pour une vie meilleure.

Il y a quelques temps je suis allée vivre une journée à la session de l’Emmanuel à Beauraing auprès de la Vierge au cœur d’or. J’avais besoin de me confier à Marie dans le chaos de ma vie, trouver consolation auprès d’elle et voir des personnes que je connaissais. J’ai commencé cette journée par prier les trois "Je vous salue Marie" en désirant profondément être conduite par Marie à Jésus pour qu’Il me montre sa volonté et sans tarder. 

Après une conférence sur "Unifier sa vie en Dieu", un dialogue avec un prêtre pour un discernement spirituel, un carrefour pour parent seul où l’évangile de Jésus et la Samaritaine m’a marquée, j’ai eu la chance de passer un moment avec ma thérapeute. J’ai pu vivre ce moment si intense et douloureux, dans les larmes qui me faisaient si peur, mais ô combien salvateur d’un nouvel enfantement en déposant dans le cœur de Marie consolatrice des affligés toutes ces femmes qui ont été source de souffrance pour moi. Cette expérience a pacifié mon cœur, a réunifié ma vie, l’a libérée des enfermements que j’avais créés pour survivre. 

Au terme de cette journée marquante, j’ai rendu grâce à Dieu de m’avoir confiée, de par mon prénom, dès ma naissance à la Vierge Marie, celle qui me tient la main… et ne me lâche pas. »

Marie-France (Louvain-la-Neuve) – Belgique

Le témoignage suivant est apparu en Néerlandais dans l’hebdomadaire “Katholiek Nieuwsblad” (=Journal Catholique) des Pays-Bas le 1 octobre 2015 dans le dossier “synode”. Il se trouve sur le site dans la partie “in België”: http://www.cn-da.org/belgique-belgie/in-belgie/553-gescheiden-maar-toch.html

Le journaliste Jan Peeters est venu me voir chez moi deux semaines plus tôt et m’a interviewé pendant deux heures. Après il en a fait le texte suivant, avec mon accord.

jeanine1Jeanine Gilis: “Le premier but du mariage est de se sanctifier mutuellement. On n’entend pas cela dans la préparation du mariage.”   

La flamande Jeanine Gilis (63) est divorcée depuis trente ans, mais elle se considère comme toujours mariée. KN trouve une femme éveillée assurée, sans aucune trace d’amertume, de tristesse ou de vaine espérance.

Jan Peeters

Après huit ans elle a vu son mariage s’aboutir à un échec en 1985. Du comment et du pourquoi, elle ne veut pas s’étendre “par respect de mon mari”.  Ce divorce a engendré “un approfondissement puissant de ma foi”, nous raconte-t-elle dans son appartement juste au sud d’Anvers. “La crise dans notre mariage a fait que j’ai vraiment commencé à prier et à chercher Dieu, et encore davantage après le divorce.”

Pas d’échec

A cette époque elle se sentait perdue à l’intérieur de l’Eglise. Elle ne trouvait rien qui puisse lui reconduire sur le chemin certain de la foi et qui corresponde à son intuition de continuer toute seule. On lui disait de ne pas trop prendre tout au sérieux. “La première chose qu’un prêtre me disait, était: 'Tu vas encore rencontrer quelqu’un”.   Après dix ans de divorce en 1995, elle a entendu un enseignement de mgr.Léonard – à l’époque l’évêque de Namur – dans lequel il s’adressait aux divorcés non-remariés. “Ce qu’il disait, me touchait au fond du coeur: qu’il ne faut jamais considérer sa vie comme un échec sans issue. Que, au contraire, cela puisse être un tremplin vers quelque chose de fort meilleur. Tout de suite je savais: ça y est! c’est ce qu’il me faut.’ Mais il faut que quelqu’un l’exprime et te soutienne.”

En ces jours où tout le monde commente les conclusions du Synode sur la famille, j'ai envie de vous partager ce qui m'est arrivé récemment et qui est en lien avec le chemin de fidélité que nous vivons.
Belgique321 2Il faut que je commence par une petite prémisse. Ces deux dernières années j'ai repris avec beaucoup de joie la pratique de la course à pieds. Cela m'apporte beaucoup d'équilibre et de joie, parce que je peux me retrouver dans la nature et me donner à fond physiquement. Cela me fait sentir la présence de Dieu dans ma vie. Je me suis ainsi inscrite à un club de jogging et j'aime beaucoup partir courir aussi avec d'autres, c'est l'occasion de beaux échanges.