Billet du CSG

 

pamnov10Chers amis,
C’est pour moi une grande joie de vous rejoindre par ce premier billet comme nouveau Conseiller spirituel général.
Certains d’entre vous m’ont aperçu lors de la retraite de 2009 à Nevers. D’autres m’ont vu de plus près à la retraite de cet été au Puy-en-Velay. D’autres encore ne me connaissent pas, sinon en photo dans quelque numéro précédent de votre revue préférée, l’Anneau de Feu.
Grande mission m’est confiée de vous accompagner ! Je vous ai exprimé de vive voix en juillet dernier mon sentiment ému et « impressionné » au seuil de mon mandat auprès de vous.
Je me sens un peu jeune. Mais c’est mon supérieur dominicain qui m’a demandé d’accepter cette sollicitation. Cela ne veut pas dire que je viendrais à vous à contrecœur, mais au contraire, j’étais ainsi, selon l’obéissance religieuse, bien libéré de ce qui empêche de dire oui quand on ne se sent pas à la hauteur.
Tout d’abord, parce que prendre la suite du Père Alain Bandelier n’est pas une simple affaire. Avant de vous rencontrer, Père Alain, j’appréciais la profondeur et la rigueur de vos chroniques dans Famille Chrétienne.