Imprimer

motcspig 319L’année qui redémarre est pour l’Eglise et pour chacun de nous d’une richesse incroyable. Trois années en une, si je puis dire !
Tout d’abord « Année de la vie consacrée » qui se poursuit et s’achèvera par la Journée mondiale de la vie consacrée, le 2 février 2016. Nous ne nous lasserons pas de rendre grâce pour ce don de la vie religieuse. Ce don, le Seigneur le fait non seulement à l’Église mais également au monde entier comme le signe visible que tout homme est appelé à sa fin ultime en plénitude, Dieu seul ! Cette action de grâce est marquée également par le jubilé de l’Ordre de Saint Dominique, 800 ans d’existence ! Comme est grande et bonne la fidélité du Seigneur !

Ensuite « Année de la famille » du fait des deux synodes à Rome (octobre 2014 et 4-25 octobre 2015) sur ce thème fondamental qu’est la famille. Année qui verra le Pape François nous enseigner au nom du Christ par l’exhortation post-synodale au cours de l’année 2016. D’ici-là nous aurons bien à cœur de prier pour lui et les pères synodaux comme il nous l’a demandé.
Enfin « Année de la miséricorde » que le Saint Père inaugurera le 8 décembre prochain. Grande année jubilaire donc, au cours de laquelle l’Eglise, notre mère, nous invitera à vivre en plénitude du salut jailli du Cœur de Jésus : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font » ! Nous aurons l’occasion d’y revenir.
Rien d’étonnant, frères et sœurs de la Communion Notre Dame de l’Alliance, que ce carrefour de bénédictions divines concerne particulièrement notre engagement à la fidélité. En effet le grand et souvent si douloureux mystère qui habite le cœur de chacun est contenu dans l’enseignement central de Jésus sur le mariage en Matthieu 19 (verset 5 et suivant) en trois points successifs. « L'homme quittera son père et sa mère, il s'attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu'un. A cause de cela, ils ne sont plus deux, mais un seul. Donc, ce que Dieu a uni, que l'homme ne le sépare pas ! ». Et un des points importants du synode sera certainement la remise en lumière de l’indissoluble alliance du mariage selon le cœur de Dieu.
Et Jésus d’aller plus loin à cause de l’incompréhension des apôtres : « et il y a des gens qui ont choisi de ne pas se marier à cause du Royaume des cieux. Celui qui peut comprendre, qu'il comprenne ! » (v. 12). Ce mystère de l’appel de Dieu à la vie consacrée est bien pour Jésus l’illustration la plus adéquate de la valeur sans prix de la fidélité des gens mariés.
Mais finalement « entendant ces paroles, les disciples furent profondément déconcertés, et ils disaient : « Qui donc peut être sauvé ? ». Jésus les regarda et dit : « Pour les hommes, c'est impossible, mais pour Dieu tout est possible. » (v. 25-26). Magnifique conclusion qui répond finalement à l’essentiel. La réponse n’est plus dans l’exigence impossible d’une vie idéale, mais dans le recours humble et confiant à la grâce et à la Miséricorde de Dieu.
L’Esprit Saint a bien inspiré notre pape François pour ces trois thèmes d’année dont nous gouterons assurément les fruits avec toute l’Eglise. Alors nous pourrons en être les témoins joyeux !
P. Antoine-Marie Berthaud, o.p.