Qu’est-ce qu’une vie spirituelle ?
Volontairement, je dis « une vie spirituelle » et non pas « la  vie spirituelle », parce que nous sommes tous et toutes des êtres uniques, capables de vivre une relation singulière, spécifique avec notre Dieu. Il peut donc y avoir autant de modèles de vie spirituelle que de personnes en quête de cette relation filiale avec le Père, le Fils et l’Esprit. La vie spirituelle d’Augustin n’est pas celle de Benoît, celle de François n’est pas celle d’Ignace, ni celle de Charles de Foucauld ou de Madeleine Delbrel. Mais chacune d’elle se réfère à l’unique Esprit, à l’unique « Souffle » qui nous entraîne dans l’intimité de ce Dieu trinitaire. Depuis notre baptême, nous sommes portés par ce Souffle de l’Esprit qui nous ouvre à la connaissance de notre Dieu sur les chemins de l’Evangile pour demeurer en Lui et vivre notre mission de baptisé là où nous sommes. Il s’agit donc de laisser advenir en soi l’Esprit qui « se joint à notre esprit » pour que nous puissions atteindre notre pleine liberté d’enfant de Dieu à la suite de Jésus de Nazareth dans l’Evangile. Tels sont peut-être le contenu et la finalité de toute vie spirituelle. Vivre pleinement l’Evangile au fil des jours, au fil des âges, avec nos doutes, nos fragilités, nos ruptures, nos questions. S’inscrire dans cette longue Tradition qui nous vient des Apôtres et qui se nourrit de la foi de l’Eglise toujours sous l’assistance de l’Esprit. Progressivement, nous apprenons à ordonner notre vie à la lumière de la Volonté de Dieu sans craindre de mener le combat contre tous les vents contraires : « je n’ai pas envie de prier, d’ailleurs je ne sais pas… », « je n’ai aucun goût pour la Parole de Dieu, elle ne me dit rien… », « le silence me fait peur et quand je tente de faire un peu oraison, je suis tout de suite ailleurs, dans mon passé ou dans un avenir que je rêve… », et surtout, « je n’ai pas beaucoup de temps, je suis débordé ». C’est peut-être là qu’il faudrait entendre la parole de Jésus à Marthe : « Tu t’inquiètes et t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire » (Lc 10,38-42) : écouter la Parole de Dieu, la garder et la mettre en pratique.