Editorial

Edito 330Nous venons de vivre les fêtes du temps pascal et la joie de Jésus vainqueur de la mort par sa Résurrection continue de nous habiter. C’est notre force, notre espérance. Avec l’Esprit Saint, qui a soufflé sur les Apôtres à la Pentecôte et souffle sur nous aujourd’hui, nous avançons et continuons notre chemin de fidélité à la rencontre de notre Sauveur.

Comme Simon de Cyrène a aidé Jésus à porter sa croix jusqu’au Golgotha, au sein de la Communion, nous nous aidons mutuellement à porter notre croix de personne mariée, vivant seule parce que séparée ou divorcée civilement, mais fidèle. Avec l’aide de Dieu, de notre Mère du Ciel, des frères et

sœurs et au fil du temps, cette croix devient plus légère à porter. Alors nous pouvons tourner notre attention vers celui ou celle qui vient nous demander du réconfort mais aussi l’assurance que le chemin de la fidélité au sacrement de mariage est bien celui que le Seigneur lui indique.

Chaque année, la retraite est le point culminant des temps de rencontres que nous vivons au sein de la Communion. Ces cinq jours de retraite nous permettent de souffler, de nous reposer mais surtout de nous ressourcer auprès de Celui qui est la source d’eau vive (Jn, 4, 10).

Cette année nous aurons la joie de nous retrouver de nouveau dans quelques semaines, après 1998, à Notre-Dame de Montligeon, en Normandie. Laissons-nous emmener, laissons-nous porter vers ce sanctuaire, ce lieu privilégié où nous associerons à notre prière tous ceux, de nos familles, de notre entourage et de la Communion, qui nous ont déjà précédés auprès du Père.

Le moment fort sera le Renouvellement du Oui au Conjoint que nous serons invités à prononcer au cours de la messe de clôture. Pour certains d’entre nous c’est impossible car la blessure est encore trop à vif.

En cette période de l’année, les réunions de famille avec les baptêmes, les communions, les mariages et autres rencontres peuvent raviver notre souffrance ; notre croix se rappelle à nous. Nous puisons alors notre force dans la Parole de Dieu, dans l’Eucharistie, dans la prière, dans les moments de cœur à cœur avec le Seigneur, dans le silence qu’il nous est proposé de vivre pendant les récollections et la retraite, dans les rencontres avec nos frères et sœurs de la Communion.

« Lorsque nous touchons le fond de notre misère et de notre faiblesse, le Christ ressuscité nous donne la force de nous relever. Si nous nous confions à lui, sa grâce nous sauve » (Pape François, Regina Caeli du 28 mars 2016)

Edito 330 2Même si le temps liturgique ne nous y invite plus nous pouvons continuer à prier et chanter Marie, Notre Dame de l’Alliance :

Regina Cœli, laetare, alleluia, quia quem meruisti portare, alleluia. Resurrexit, sicut dixit, alleluia. Ora pro nobis Deum, alleluia.

Reine du ciel, réjouissez-vous, alléluia

Car Celui que vous avez mérité de porter dans votre sein, alléluia

Est ressuscité comme Il l'a dit, alléluia Priez Dieu pour nous, alléluia.

Annick