Editorial

edito334Il y a les moments de lumière et les temps obscurs, les grandes fêtes  et les temps ordinaires, les jours de grand soleil et la  grisaille quotidienne. 

Un peu comme il y a Marthe et Marie : Marthe  qui s'active, qui fait le boulot, qui traite les  affaires courantes ; et Marie qui a choisi la meilleure part, puisqu'elle contemple son Seigneur et est tout absorbée dans la prière. 

C'es t aussi notre vie à tous, car nous sommes Marthe et Marie, nous sommes à la cuisine, la plupart du temps, et à la chapelle, de temps en temps. C'est la vie de la Communion : il y a le service de nos frères et sœurs, au jour le jour, la somme de nos petites actions, une multitude de tâches accomplies par les uns et les autres pour que la Communion poursuive son œuvre et grandisse, comme ce fut le cas ces mois derniers pour lancer le nouveau groupe d'Avon, en région parisienne. Et puis il y a les grands moments où nous recevons au centuple, sans rien mériter, parce que c'est la formule du Seigneur, il nous donne toujours en abondance et , plus nous sommes dans la misère, plus il se fait généreux avec nous. C'est toute l'histoire que notre numéro " spécial Rome " , séparé de celui - ci , vous racontera. 

Mais dans les deux cas, " grandeur et servitude " , Marthe et Marie sont une seule et même personne, nous le savons bien. C'est dans nos plus petits gestes au service de nos frères et sœurs - répondre à un appel, coller de s timbres, préparer une tarte pour une journée d'amitié, aller présenter la Communion à un prêtre - que se manifeste la vraie prière, qui est charité à l'œuvre. Et ces petites actions ne peuvent voir le jour sans la ferveur de notre contemplation de la bon té du Seigneur sur nos vies, sans la grâce de ce cœur à cœur avec Dieu dont nous avons besoin pour cheminer dans sa paix. 

Nous débordons de gratitude pour le chemin de lumière de la Communion où nous invite Notre - Dame de l'Alliance, dans la " routine " de ce numéro comme dans l'exceptionnel de son supplément. 

Emmanuel