Mes frères et sœurs bien aimés,

edito 325Voici la retraite qui approche, ce temps de ressourcement, si nécessaire à tant d’égards. Elle permet de faire corps une fois l’an et de repartir les batteries rechargées pour une nouvelle année. Cela fait du bien de se savoir faisant partie d’un plus grand groupe, on se sent comme plus solide, moins décalé puisqu’il y en a tant d’autres qui ont fait le même choix de fidélité. Cela m’a impressionné lors de ma première retraite en 2004, de partager ce temps avec toutes ces personnes, que je trouvais merveilleuses, paisibles, et en même temps simples. C’est surtout pendant les repas en silence que j’aimais à regarder tous ces visages.

La retraite permet aussi des rencontres avec des frères et sœurs d’autres groupes, en particulier au travers des groupes de partage. Un lien fort se crée et, d’année en année, le réseau s’élargit. Et pour les anciens, c’est un temps de retrouvaille de toutes ces amitiés tissées au fil des années, et une occasion de manifester un bel accueil aux nouveaux venus. « À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres. » (Jn 13, 35)

Mais ne l’oublions pas, la retraite est surtout un temps de rencontre personnelle avec le Seigneur. Nous nous retirons du monde pour nous abreuver à la source de l’amour, le Christ notre Seigneur, mort pour nous sur la croix, et ressuscité. « Le lendemain, Jésus se leva, bien avant l’aube. Il sortit et se rendit dans un endroit désert, et là il priait. » (Mc 1, 35) Ne passons pas à côté de l’essentiel ! Etre ensemble au même endroit et prier, c’est aussi une manière de rencontrer ses frères et sœurs.

Ce silence, nous en avons besoin pour nous préparer à poser cet acte important, que notre fondatrice appelait "la fine pointe de notre spiritualité" : le renouvellement du oui à notre conjoint. La retraite est une montée progressive vers la messe de clôture, où librement nous pouvons redire "oui" à notre conjoint absent. C’est un acte lourd de sens, un don de soi renouvelé. « Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout. » (Jn 13, 1) Pour certains, ce sera encore trop tôt, pour d’autres un moment douloureux, pour d’autres encore c’est devenu une routine. Soyons attentionnés les uns envers les autres, afin de nous aider à garder un cœur ouvert à notre conjoint.La retraite succèdera à une grande fête, l’Assomption de notre très Sainte Mère. L’Immaculée Mère de Dieu, Marie toujours Vierge, après avoir achevé le cours de sa vie terrestre, a été élevée en corps et en âme à la gloire céleste. Elle demeure notre modèle, notre protectrice, notre médiatrice. Sois bénie, Vierge Marie, et bénis-nous, aide- nous afin que nous mettions notre oui dans le tien.

Dans la joie de vous retrouver à Merville, et en communion de prière avec ceux et celles qui sont empêchés de nous rejoindre pour des raisons professionnelles, familiales ou de santé. Je leur adresse toute mon affection fraternelle.

Ad maiorem Dei gloriam

Martin