Enseignements

Elles s’enracinent dans le "OUI" du sacrement de mariage 

D’emblée, je veux dire que la sanctification des consacrés se construit aussi dans le "oui" de la donation sous la forme des vœux de pauvreté, d’obéissance et de chasteté. Le consacré(e) s’engage à suivre le Christ fidèlement jusqu’au bout. De même que le mariage catholique s’appuie traditionnellement sur les quatre piliers que sont la liberté, la fidélité, l’indissolubilité et la fécondité, de même la vie consacrée ne peut se concevoir sans liberté, sans fidélité et sans fécondité. Ces deux états de vie nous appellent à la même radicalité évangélique sur le chemin de la sanctification qui a sa source dans la sainteté du Père, dans la vie Trinitaire. Je pourrais faire l’histoire de mon "OUI", mais ce n’est pas le moment. Il s’agit de faire l’histoire du vôtre. 

1- Votre « Oui » a une histoire, il est une histoire d’amour 

Relire cette histoire alors que vous êtes séparés, divorcés, engagés dans la Communion pour faire mémoire de "votre vouloir être et de votre vouloir vivre" à l’heure de "votre OUI" sacramentel. Revenir un instant à la rencontre de Jésus sur la route d’Emmaüs qui ouvre le cœur des disciples à l’intelligence des Ecritures. Notre vie est " une écriture". 

enseignement 340 1Ce "OUI" est né d’un désir et d’un désir d’aimer quelqu’un appelé à devenir votre époux ou votre épouse dans le sacrement de mariage. Vous avez voulu que ce "OUI" s’enracine en Dieu qui est Amour et dans l’union du Christ et de son Eglise. Avec votre 

conjoint, vous vous êtes engagés généreusement sur le chemin de la fidélité avec la volonté de durer. Une fidélité construite au quotidien dans l’échange, la prière, l’union charnelle, le souci de l’éducation des enfants, les préoccupations économiques, les relations d’amitié, les temps de détente ensemble, la diversité de vos engagements, etc. 

Dans Lumen Gentium n° 11, le Concile vous a tracé votre route de sainteté. Je le cite : « Par la vertu du sacrement de mariage, les époux chrétiens s’aident mutuellement à se sanctifier par la vie conjugale, par l’accueil et l’éducation des enfants... Il faut que, par la parole et par l’exemple, dans cette sorte d’Eglise qu’est le foyer, les parents soient pour leurs enfants les premiers hérauts de la foi, au service de la vocation propre de chacun et tout spécialement de la vocation sacrée ». 

Un retour sur ce que vous avez vécu en couple peut vous permettre de rendre grâce de tous les moments d’amour, d’unité, de grande joie vécus ensemble, dans le don réciproque. Mais en même temps, vous ne pouvez oublier tout ce qui, sournoisement, jour après jour , consciemment ou inconsciemment, ouvertement ou dans le silence, est venu ébranler votre "OUI" initial : la pauvreté de vos échanges, de vos moments de prière ensemble, de détente ensemble, de vos manques de confiance en l’autre, vos peurs de vous donner, etc. 

Aujourd’hui, séparé ou divorcé, vous voulez toujours que ce "OUI" sacramentel reste la source de votre sanctification personnelle et de celle de votre conjoint. Dans la séparation, la rupture, vous continuez à construire la sainteté de votre couple en vivant au jour le jour la fidélité à votre "OUI". Le débordement de votre amour ne peut que rejaillir sur votre conjoint sans que vous puissiez en mesurer les effets au plus profond de ce qu’il est et de ce qu’il vit. D’une certaine manière, il vous faut vivre aujourd’hui une "sainteté à deux" alors que vous êtes "seul(e) " et que bien souvent vous éprouvez douloureusement le poids de la solitude. 

enseignement 340 2Pour garder cette source de l’amour, bien vivante et jaillissante en vous, il vous faut apprendre à aimer sans mesure à la manière de saint Bernard, qui ne craignait pas de décrire ce lien d’amour entre l’âme et son Dieu comme le lien qui unit l’épouse et l’époux. Je veux le citer 

dans son Commentaire du Cantique des Cantiques même si ses paroles peuvent vous étonner ou même vous choquer : « Pour exprimer la douce affection réciproque du Verbe et de l’âme, on n’a pas trouvé de noms plus doux que ceux d’époux et d’épouse... Si donc le verbe aimer convient de façon spéciale et particulière aux époux, ce n’est pas à tort qu’on désigne du nom d’épouse l’âme qui aime... Elle s’écrie : « Qu’il me baise d’un baiser de sa bouche »... Son amour est ardent, car l’âme s’enivre de cet amour à tel point qu’elle ne pense plus à la majesté de l’Epoux... Oh qu’elle est grande, la force de l’amour ! Quelle confiance inspirée par l’Esprit de liberté ! Quoi de plus évident que cette parole : « L’amour parfait bannit la crainte ». 

Ce chemin de l’amour est de l’ordre de la folie que nous pouvons suivre sans craindre de nous tromper. Il est chemin de sanctification pour vous personnellement et pour votre conjoint toujours en relation avec votre « oui » initial. 

2- Votre "OUI" se fonde dans la Croix du Christ 

Comme Lui, vous êtes écartelé(e), comme Lui, vous faites l’expérience de la solitude, « mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné » comme Lui vous apprenez à donner le pardon « Père pardonne-leur », comme Lui, vous vous abandonnez à sa volonté « en Tes mains je remets mon esprit ». La Croix, pour tout baptisé est incontournable. 

enseignement 340 3Le mariage chrétien, comme l’engagement dans la vie consacrée,  trouvent leur sens profond dans la Croix de Jésus. La grâce du mariage vous a été donnée par le don surabondant de l’amour et de la vie du Christ en Croix. 

Depuis la venue du Fils dans le monde, il n’y a pas pour nous d’autre forme d’amour que celle dans laquelle il nous a aimés. « En ceci consiste l’amour : ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, mais c’est lui qui nous a aimés et qui a envoyé son Fils en victime de propitiation pour nos péchés » (1 Jn 4,10). « A ceci nous avons connu l’amour : celui-là a donné sa vie pour nous. Et nous devons, nous aussi, donner notre vie pour nos frères » (1 Jn 3,16 ; Jn 15, 12-14). L’amour fidèle entre les époux, leur sanctification hier dans la communion des corps et aujourd’hui dans leur séparation se nourrit de cette charte de l’amour. 

Le théologien Urs von Balthasar, souligne très fortement ce lien entre le sacrement et la Croix : « Le mariage ne peut devenir sacrement qu’en participant à l’esprit du Christ offert en sacrifice... C’est Dieu qui, dans l’acte de foi, offre les époux l’un à l’autre, à l’intérieur de l’acte chrétien fondamental : l’acte du don de soi... Les époux chrétiens, quand ils s’unissent, attendent toujours d’avance de Dieu la réponse débordante de sa grâce... » (p. 226-228). 

En passant par la Croix de Jésus, l’état du mariage et l’état de la vie consacrée sont appelés à la même radicalité. Ils sont tous les deux manifestations de l’amour d’un Dieu fidèle et vivent de cet amour. Et «les deux états sont féconds en vertu de cet amour, parce qu’ils portent en eux la source de la fécondité » (p.229). Une fécondité qui demeure dans la séparation dans la mesure où elle prend la forme de l’espérance, de la compassion, de l’accompagnement de la foi (auprès des enfants et petits-enfants), de l’amour (auprès des jeunes qui prennent le chemin du mariage) ; une fécondité qui engendre à l’ouverture à la Parole de Dieu, à la vie sacramentelle. Une fécondité inséparable de la fidélité au "OUI" du Sacrement. 

3- Votre "OUI" fait mémoire de la fidélité de Dieu à l’Alliance 

enseignement 340 4Jusque dans la séparation, la fidélité de Dieu est source de votre fidélité. Souvenons- nous : dans l’Ancienne Alliance, fidélité conjugale et fidélité divine à l’Alliance sont inséparables. Il faut reprendre quelques textes des prophètes. 

Osée : « Je te fiancerai à moi pour toujours, je te fiancerai à moi par la justice et le droit, l’amour et la tendresse, je te fiancerai à moi par la fidélité et tu connaîtras le Seigneur » (2 ,21-22). 

Jérémie : « Je te rappelle ton attachement, du temps de ta jeunesse, ton amour de jeune mariée ; tu me suivais au désert dans une terre inculte » (Jer 2, 2). 

Ezéchiel : « Moi je me souviendrai de mon alliance avec toi, aux jours de ta jeunesse : j’établirai avec toi une alliance perpétuelle... J’établirai mon alliance avec toi : alors tu connaîtras que je suis le Seigneur » (Ez 16, 50-52). 

Votre sainteté et la sanctification de votre conjoint s’inscrivent toujours dans cette relation d’alliance de Dieu avec son peuple et chacun de nous. Une telle fidélité à votre "OUI", qui est source de votre sanctification et de celle de votre conjoint, sera nécessairement un combat pour «ne pas entrer en tentation» et demeurer dans la chasteté. Ce combat est de l’ordre de la folie, de la folie de la Croix, de la folie de l’amour qui ne peut se mener qu’avec une vie spirituelle forte nourrie de la Parole de Dieu, de la prière, et des Sacrements (Eucharistie, Réconciliation), nourrie d’une vie en Eglise, puisque le critère de l’amour conjugal, demeure toujours l’amour entre le Christ et l’Eglise. 

enseignement 340 5Ce combat ne peut se conduire si vous cherchez à vous établir dans une solitude confortable en oubliant «d’élargir votre fécondité et de la traduire de mille manières en rendant présent l’amour de Dieu dans la société » (Amoris Laetitia n° 184 et suivants), auprès des personnes âgées, des enfants, des plus pauvres, dans la vie associative... 

La sainteté dans le mariage, dans la séparation, dans la vie consacrée trouve son épanouissement dans le don de soi (et non le repli sur soi), le don de la vie, le don de l’amour. 

Père Guy Sionneau, conseiller spirituel du groupe Ile-de-France-Montmartre, les 16-17 février 

enseignement 338 1« C’est toute la vie qui se joue dans l’amour et on ne plaisante pas avec l’amour », a affirmé le pape François. En effet, « l’être humain a besoin d’être aimé sans conditions ». C’est pourquoi, a expliqué le pape, « aucune relation humaine n’est authentique sans fidélité et loyauté : la fidélité est la caractéristique de la relation humaine libre, mûre, responsable. Un ami aussi se démontre authentique parce qu’il reste tel dans n’importe quelle situation, sinon ce n’est pas un ami ». 

******** 

Dans notre parcours de catéchèses sur les Commandements, nous arrivons aujourd’hui à la sixième parole, qui concerne la dimension affective et sexuelle et qui affirme : « Tu ne commettras pas d’adultère ».

C’est un rappel immédiat à la fidélité et, en effet, aucune relation humaine n’est authentique sans fidélité et loyauté. 

On ne peut aimer seulement tant que "cela convient" ; l’amour se manifeste justement au-delà du seuil du profit personnel, quand on donne tout sans réserve. Comme l’affirme le Catéchisme : « L’amour veut être définitif. Il ne peut être "jusqu’à nouvel ordre" » (n.1646). La fidélité est la caractéristique de la relation humaine libre, mûre, responsable. Un ami aussi se démontre authentique parce qu’il reste tel dans n’importe quelle situation, sinon ce n’est pas un ami. Le Christ révèle l’amour authentique, lui qui vit de l’amour sans limite du Père, et en vertu de ceci il est l’Ami fidèle qui nous accueille même quand nous nous trompons et qui veut toujours notre bien, même lorsque nous ne le méritons pas. 

L’être humain a besoin d’être aimé sans conditions et celui qui ne reçoit pas cet accueil porte en lui une certaine incomplétude, souvent sans le savoir. Le cœur humain cherche à remplir ce vide avec des succédanés, acceptant des compromis et une médiocrité qui n’ont qu’un vague goût d’amour. Le risque est d’appeler "amour" des relations naissantes et immatures, avec l’illusion de trouver une lumière de vie dans quelque chose qui, dans le meilleur des cas, n’en est qu’un reflet. 

enseignement 338 2Il arrive ainsi que l’on surévalue, par exemple, l’attraction physique qui est en soi un don de Dieu, mais qui est finalisée à préparer la voie à une relation authentique et fidèle avec la personne. Comme le disait saint Jean-Paul II, l’être humain «est appelé à la spontanéité pleine et mûre des relations » qui « est le fruit graduel du discernement des impulsions de son
cœur ». C’est quelque chose qui est à conquérir, à partir du moment où chaque être humain « doit avec persévérance et cohérence apprendre ce qu’est la signification du corps » (cf. Catéchèse, 12 novembre 1980). 

L’appel à la vie conjugale requiert par conséquent un discernement soigné sur la qualité de la relation et un temps de fiançailles pour la vérifier. Pour accéder au sacrement du mariage, les fiancés doivent mûrir la certitude que la main de Dieu est sur leur lien, lui qui les précède et les accompagne, et qui leur permettra de dire : « Avec la grâce du Christ, je promets de t’être toujours fidèle ». Ils ne peuvent pas se promettre fidélité « dans la joie et dans la douleur, dans la santé et dans la maladie » et de s’aimer et s’honorer tous les jours de leur vie, uniquement sur la base de leur bonne volonté ou de l’espérance que "cela marche". 

Ils ont besoin de se baser sur le terrain solide de l’amour fidèle de Dieu. Et pour cela, avant de recevoir le sacrement du mariage, il faut une préparation soignée, je dirais un catéchuménat, parce que c’est toute la vie qui se joue dans l’amour et on ne plaisante pas avec l’amour. On ne peut appeler « préparation au mariage » trois ou quatre conférences données en paroisse ; non, ce n’est pas une préparation : c’est une fausse préparation. Et la responsabilité de celui qui fait cela retombe sur lui : sur le curé, sur l’évêque qui permet cela. La préparation doit être mûre et il faut du temps. Ce n’est pas un acte formel : c’est un sacrement. Mais il faut le préparer par un véritable catéchuménat. 

enseignement 338 3En effet, la fidélité est une manière d’être, un style de vie. On travaille avec loyauté, on parle avec sincérité, on reste fidèle à la vérité dans ses pensées, dans ses actions. Une vie tissée de fidélité s’exprime dans toutes les dimensions et conduit à être des hommes et des femmes fidèles et fiables en toute circonstance. 

Mais pour arriver à une vie aussi belle, notre nature humaine ne suffit pas, il faut que la fidélité de Dieu entre dans notre existence, soit contagieuse. Cette sixième parole nous appelle à poser notre regard sur le Christ qui, par sa fidélité, peut ôter de nous un cœur adultère et nous donner un cœur fidèle. En lui, et en lui seulement, se trouve l’amour sans réserve et sans rétractation, le don complet sans parenthèses et la ténacité de l’accueil jusqu’au bout. 

Notre fidélité découle de sa mort et de sa résurrection, la constance dans les relations découle de son amour inconditionnel. La communion entre nous et la capacité à vivre nos liens dans la fidélité découlent de la communion avec lui, avec le Père et avec le Saint-Esprit. 

Pape François, Audience générale du 24 octobre 2018, Traduction de Zenit, Hélène Ginabat 

Troisième temps : les disciples d’Emmaüs (Lc 24, 13 à 33) 

ens 336 emmaucc88s arcabasTout d’abord, la scène est construite comme une eucharistie : l’accueil, la liturgie de la parole, la liturgie eucharistique et l’envoi. Le texte nous dit que nous rencontrons Jésus ressuscité à chaque eucharistie, quand nous écoutons la proclamation solennelle de sa parole et recevons son corps partagé. Pour ce qui nous occupe, l’eucharistie est donc le sommet de l’écoute et de la communion. En effet, c’est l’Église qui d’abord écoute Jésus, nous ne pouvons l’écouter que dans la mesure où nous sommes en communion avec elle. Celle -ci est suprêmement rassemblée à l’eucharistie, où la parole de Jésus est solennellement proclamée pour s’offrir tout spécialement à l’écoute, qui conduit à l’eucharistie, source et sommet de la communion.