Enseignements

Que me donneras-tu ?

La vie d'Abraham est pleine d'événements difficiles et douloureux et l'obéissance à Dieu ne l’introduit pas dans un jardin où tout est coloré de joie. Il doit affronter de nombreux problèmes : la famine, qui le contraint à partir en Egypte, et les désaccords avec son neveu Loth et le choix douloureux de se séparer de lui.

Cependant, le Seigneur reste toujours proche et fait parfois entendre sa voix pour confirmer la promesse :

enseignement 332 1« Lève les yeux et regarde, de l’endroit où tu es, vers le nord et le midi, vers l’orient et l’occident. Tout le pays que tu vois, je te le donnerai, à toi et à ta descendance pour toujours. Je rendrai nombreuse ta descendance, autant que la poussière de la terre : si l’on pouvait compter les grains de poussière, on pourrait compter tes descendants ! ». Ces paroles sont pour Abraham comme un viatique, elles sont pour lui comme le bâton du voyageur. Le vieux patriarche ne se plaint pas, il vit comme accroché à la promesse. Il attend son accomplissement.

Abraham fait confiance et pourtant il y a des moments où même la foi ne suffit pas à empêcher les difficultés. C’est le temps du doute : il a quitté son passé, mais ne voit toujours pas l'avenir, ou plutôt il ne voit même pas sortir le bourgeon de cette promesse. Comment celle-ci pourra-t-elle se réaliser s'il meurt sans laisser de descendance ?

La nuit obscure de l'amour

Enseignement 331 1Après ces évènements, la parole de l'Éternel fut adressée à Abram dans une vision : « Ne crains pas, Abram. Je suis un bouclier pour toi. Ta récompense sera très grande. » Abram répondit: « Mon Seigneur Dieu, que pourrais-tu donc me donner ? Je m’en vais sans enfants, et l'héritier de ma maison c’est Eliézer de Damas. » Abram dit encore : « Tu ne m’as pas donné de descendance, et c’est un de mes serviteurs qui sera mon héritier. » Alors cette parole du Seigneur fut adressée à Abram : « Ce n’est pas lui qui sera ton héritier, mais quelqu’un de ton sang. » Puis il le fit sortir et lui dit : « Regarde le ciel, et compte les étoiles, si tu le peux. Telle sera ta descendance ! » Abram eu foi dans le Seigneur, et le Seigneur estima qu’il était juste. (Genèse 15, 1-6)

enseignement 1 329Ci-dessous le résumé de l’intervention du Père Cédric Burgun, vice-doyen de la faculté de droit canonique de Paris, juge ecclésiastique et directeur au séminaire des Carmes. Il accompagne aussi les concubins et forme aux méthodes naturelles de régulation des naissances.

1. Le synode

Annoncé en janvier 2014, il se déroula en deux étapes en octobre 2014 et 2015. Le Pape François, qui innove, légifère et gouverne, nous a livré une exhortation apostolique dès avril 2016 (normalement 18 mois).

Pourquoi un synode sur la famille ? Selon le Père Burgun, le message de saint Jean-Paul II (Familiaris Consortio) n’ayant pas été entendu, il fallait saisir la pastorale familiale dans son ensemble car, 35 ans après ce message, les choses avaient évolué comme en quatre siècles. La préparation au mariage n’est plus adaptée et la pastorale familiale peine à être dynamique dans l’Eglise. Avec les questionnaires, le Pape a voulu dresser un constat précis des réalités familiales d'aujourd'hui.