Index de l'article

8. Quelle distinction faire entre mariage civil et mariage sacramentel ?

Le mariage civil est un acte solennel par lequel un homme et une femme établissent entre eux une union légitime en vue de fonder un foyer et dont les conditions, les effets et la dissolution sont régis par le code civil. Il ne peut être dissous que par la mort de l’un des deux époux ou par le divorce. Le mariage civil crée entre les époux des rapports d’égalité avec des droits et des devoirs réciproques : fidélité, cohabitation, assistance et secours mutuel, respect, direction morale et matérielle de la famille et éducation des enfants.

Le mariage religieux est un sacrement. Il consiste en la volonté des époux baptisés, exprimée publiquement et en présence de deux témoins et d’un prêtre ou d’un diacre, de s’unir pour la vie. Ce don mutuel instaure une communauté de toute la vie en vue du bien des époux et de l’éducation des enfants, dans la fidélité, la fécondité, l’unité et indissolubilité. Le sacrement de mariage vient sanctifier l’union de l’homme et de la femme et leur donne la grâce d’aimer comme le Christ nous a aimés. (Mais il faut se souvenir que la grâce d’aimer à l’image du Christ n’est pas réservée aux époux et que tout baptisé l’a reçue lors de son baptême.)

Références bibliques :

« C’est pourquoi l’homme quitte son père et sa mère et s’attache à sa femme, et ils deviennent une seule chair. » (Gn. 2, 24)

« Ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Eh bien ! Ce que Dieu a uni, l’homme ne doit point le séparer. » (Mt. 19, 6)

« Ce mystère est de grande portée ; je veux dire qu’il s’applique au Christ et à l’Église. » (Ep 5, 32)