Index de l'article

3. Dire "mon époux, mon épouse" et porter l'alliance, n'est-ce pas entraver la liberté de mon conjoint ?


Notre anneau est signe de notre engagement dans la fidélité, il est un cadeau qui nous aide à grandir dans l’amour vrai de l’époux – présent ou absent - et dans l’Amour de Dieu. Dans la société, continuer à porter son alliance est un témoignage d’engagement et peut « protéger » celui ou celle qui la porte de tentatives de séduction.

Il est des lieux, des moments, des assemblées où dire « mon époux, mon épouse » peut sembler une provocation et où la réserve est peut-être plus sage. Il en est d’autres où ce langage interpellera et permettra un partage en profondeur sur le lien sacré et indissoluble du mariage. C’est à nous de discerner. Comme, par exemple, quand on nous dit « ton ex » …

En ce qui concerne la liberté de l’époux, ma parole ou mon choix de vie n’engage que moi-même et n’interfère pas dans la liberté de mon époux (se) qui peut faire un choix différent. Je suis libre de ma parole qui est en totale cohérence avec l’engagement que j’ai pris le jour de notre mariage.