Imprimer

Pourquoi le renouvellement du OUI au conjoint (ROC) est-il proposé et même présenté comme « la fine pointe » caractéristique de la spiritualité de la Communion Notre-Dame de l’Alliance ?

fondateursLe jour du mariage, les baptisés se disent solennellement OUI et ce OUI authentique devient alors sacrement par le sceau d’amour de Jésus qui le consacre (comme signe du OUI indéfectible de Jésus à l’Église, son Épouse).
Dans les difficultés inévitables de la vie conjugale, Jésus, qui s’est engagé avec eux, aide par sa grâce les conjoints à affronter les épreuves et à se redire OUI chaque jour. Lorsque survient une séparation ou un divorce, c’est encore Lui, Jésus, qui aide le conjoint fidèle à effectuer cette démarche folle de renouveler le « OUI » à son conjoint, démarche humainement impossible sans sa grâce.
La Communion propose à chacun de prononcer librement le "ROC" deux fois par an : le jour anniversaire du mariage et lors de la messe de clôture de la retraite.
Comment comprendre  cette démarche ? Voici trois points qui la caractérisent.

1- Il ne s’agit pas d’une démarche affective mais d’une démarche spirituelle.

A vue humaine et affectivement, renouveler le OUI à un conjoint qui le refuse est impossible. Le OUI que nous réitérons ne peut pas être fondé sur le besoin affectif et psychologique que nous avons de l’autre. Il est possible dans la foi. Ceux qui, à l’exemple de Marie au pied de la croix, acceptent d’aller jusqu’au bout de l’amour avec Jésus, notre premier prochain, entrent par l’Esprit Saint dans l’alliance éternelle avec Dieu source de tout amour. La grâce est toujours offerte dans le sacrement quelles que soient nos impasses. Sa source est celle du cœur de Jésus qui est mort sur la croix et ressuscité pour chacun de nous. La croix, qui ne va pas de soi dans ma vie quotidienne, est paradoxalement ce chemin qu’il m’est donné de choisir.
En fait comme dans de nombreux éléments importants ou constitutifs de notre vie chrétienne, nous sommes invités là aussi à poser un acte de foi en la puissance de Jésus mort et ressuscité.
Dans l’Eucharistie par exemple, malgré les apparences du pain et du vin, il y a bien le corps et le sang de Jésus. Comme au Golgotha, malgré l’échec apparent de la mort de Jésus, il y avait bien en germe la victoire du Ressuscité sur la mort.
C’est ainsi que l’Esprit Saint nous donne de croire à sa présence constante dans notre vie !
De même notre conjoint est-il absent, ou ne nous donne-t-il peut-être qu’un visage peu aimable humainement, pourtant nous croyons que Jésus aime infiniment notre conjoint comme il aime chacun de nous. Eh bien, de la même manière, dans la foi, l’Esprit Saint nous permet de lui redonner notre confiance pour que se réalise le projet de Dieu pour notre couple.

2- Notre OUI ne peut pas être parfait

Il ne peut pas être parfait à la différence de celui de Marie à l’Annonciation. Un OUI parfait, nous nous en savons tout à fait incapables. Or le Seigneur ne me demande que le OUI dont je suis capable. Ce OUI exprime avant tout ma volonté de m’orienter dans le sens du pardon et de la fidélité. Mon consentemement à redire Oui n’est pas sans combat. Peut-être que cela me paraît insurmontable, alors il est possible de dire à Jésus ce que je ressens : colère, amertume, dépit, rancœur... Je peux tout simplement redire Oui à Jésus qui sait tout ce qui m’habite.
Redisons OUI, là où nous en sommes de notre cheminement personnel dans cette phase difficile de l’histoire de notre couple ; redisons OUI, aussi pauvres et blessés que nous soyons. Redisons OUI aujourd’hui, et Jésus qui n’est que Oui au Père consolidera ce OUI d’année en année.
Ma démarche de Renouvellement du OUI, aussi imparfaite soit-elle, est le moyen d’actualiser la grâce du sacrement de notre mariage. L’essentiel est d’être vrai en m’adressant à Jésus de tout mon cœur. Cette grâce me donne la force de continuer sur le chemin du pardon et de la fidélité. C’est une démarche personnelle à faire librement portée par la prière des frères et des sœurs.

3- Il ne s’agit pas de nier la réalité de la séparation.
Seule en effet l’acceptation de la situation de séparation (et non du principe) empêche la révolte ou le découragement et atténue grandement la charge émotionnelle liée à cet événement.
Si nous Lui faisons confiance, le Seigneur, petit à petit, nous réconcilie avec notre histoire passée en nous faisant découvrir combien Il y était présent même si nous n’en étions pas conscients. Redire OUI aujourd’hui, c’est accepter de placer sous son regard de miséricorde et de justice toute cette partie de notre vécu avec ses ombres et ses temps lumineux. Alors le Seigneur guérit et convertit notre regard sur notre histoire, sur notre conjoint et sur chacun de nous.
Redire OUI, c’est aimer au Nom de Jésus celle ou celui à qui je me suis donné le jour de mon mariage.
Peut-être que je m’interroge sur le bien-fondé de mon choix de vivre fidèle à mon conjoint alors que les apparences donneraient raison à mon entourage.
Que de bonnes raisons peuvent se présenter à moi pour finalement renoncer à la fidélité que Dieu me donne !
N’y a-t-il pas une raison plus grande de dire Oui au Christ et par Lui de demeurer « donné » à celle ou celui qui ne veut plus vivre avec moi ? N’est-ce pas la raison d’un cœur qui se décentre qui, à l’écoute de la Parole de Dieu, a reconnu au-delà des apparences la présence de Dieu dans sa vie d’époux ou d’épouse ?
Ceci n’ouvre-t-il pas notre cœur au mystère d’un amour qui dure ? En consentant à redire Oui au-delà des apparences dans le secret de nos cœurs, nous aspirons à un amour plus grand et qui nous dépasse. Certes, nous pouvons avoir à certains moments le cœur lourd, voire même très lourd. Mais, en reliant notre vie au Cœur du Christ ressuscité, cela nous conduit à renoncer à aimer de façon plus immédiate et centré sur nous-même.
Il ne s’agit pas non plus de le faire coûte que coûte avec une attitude figée sur le bien-fondé de notre choix de fidélité. Le chemin pour faire un effort de vérité, de lucidité sur nous, pour pardonner, ne nous fait-il pas du bien comme à notre conjoint? Invisiblement, nous lui donnons quelque chose du Christ et, en passant par nous, la grâce nous fait du bien à nous aussi. Seul Jésus nous en rend capable.
Aller jusqu’au bout de l’amour quand on est confronté à la séparation ou au divorce, c’est dire à la fois : « oui, je crois en l’unité intangible de notre couple, unité scellée en Dieu le jour de notre mariage » et « oui, je respecte la liberté de mon conjoint et sa situation actuelle d’éloignement ».
Je crois que la séparation ou le divorce ne remet pas en cause l'essentiel qui relève du spirituel : l’amour profond qui est Dieu, qui a voulu nous unir et qui demeure au-delà des apparences. Je continue à vivre petit à petit dans l’espérance tourné vers les autres. Cette attente qui se prolonge et les difficultés que je rencontre m’aident à vivre à cœur ouvert et me garde dans l’humilité.
Je cesse de me poser en victime et je consens librement à connaître un état que je n’ai pas choisi, mais qui est là et dans lequel je suis invité à rencontrer le Seigneur aujourd’hui. Tel est mon chemin de sainteté, un chemin qui devient possible parce que c’est Jésus en moi qui aime mon conjoint.

Nous pouvons être sûr que l’amour de Dieu, sa grâce, ne nous manqueront pas. Dieu, le jour de notre mariage, a fait totalement sien notre choix en accueillant et en bénissant nos « Oui ». Par sa grâce, Dieu a créé cet état qui fait que nous sommes devenus l’un pour l’autre « ce matériau » qu’Il a choisi pour que nous allions vers Lui. Ce don est magnifique, car Il a mis en nous cette nouvelle semence, après celle de notre baptême, pour que nous soyons à son image, celle de son Fils unique, c’est-à-dire des saints. Voilà pourquoi, dans sa folie, la démarche de renouvellement du OUI est un chemin de liberté, de guérison, de vraie joie.


Prière de Renouvellement du « Oui »

Père éternellement fidèle, il y a … ans,
N… et moi avons scellé librement devant toi,
par le sacrement de mariage, une alliance dont tu as fait
le sacrement de l’alliance nouvelle et éternelle entre le Christ et l’Eglise.
Depuis nous nous sommes séparés.
Mais je crois que notre unité demeure en toi.
Je te redis ma volonté de rester fidèle à mon époux (se)
en vue de notre réconciliation et
je te prie en ce jour de renouveler par ton Esprit mon amour pour lui (elle).