Index de l'article

La fidélité est des plus beaux mots de l’Écriture. Dieu est fidèle : c’est presque sa définition, bien que Dieu ne puisse être défini. Au moins, pour parler de lui, certains mots valent mieux que d’autres. « Fidélité » est dans le tiercé de tête avec l’amour et la miséricorde. D’ailleurs, les trois se tiennent de près. Mais y a-t-il quelque chose à apprendre de la fidélité de Dieu ?

Le modèle n’est-il pas trop élevé ? Certes, le modèle est élevé, mais nous sommes créés «à son image et ressemblance» : nous pouvons donc, si mal que ce soit, nous inspirer de ce modèle.

La fidélité de Dieu face à l’infidélité de son Peuple : c’est toute l’histoire de l’Ancien Testament. Dieu s’est engagé une fois pour toutes mais le Peuple louche sans cesse vers des idoles : les oignons d’Égypte, rappel du temps où le peuple était esclave du pharaon mais assuré de sa nourriture ; les faux dieux de Canaan, dieux de la nature, apparemment plus proches que le Dieu Tout-Autre que nul ne peut voir sans mourir ; la force militaire et les alliances politiques étrangères quand l’ennemi menace. La fidélité de Dieu n’est pas une simple obstination mais une invention perpétuelle. Comme la fidélité de la source, identique à elle-même et toujours renouvelée dans son flux. Dieu ne se contente pas de s’obstiner dans son engagement initial. Il invente de nouveaux chemins pour reconquérir l’amour de son peuple. C’est le rôle des prophètes et, en particulier, du prophète Osée, le mari trahi qui renoue l’alliance avec son épouse infidèle. Ici, le prophète s’exprime, non en paroles, mais en actes. Il ne dit pas seulement ce que Dieu souhaite : il montre ce que Dieu fait. Oui, l’amour peut ressusciter.

Dieu promet qu’il ira plus loin encore. Il enverra le Messie. Il viendra lui-même prendre soin de son Peuple. Il donnera son Esprit pour que le cœur de l’homme soit changé. C’est ce qui arrive dans l’histoire des hommes avec Jésus. Et l’histoire ne s’est pas arrêtée : Jésus a promis à son Église que l’Esprit la mènerait vers la vérité «tout entière». Et effectivement, de siècle en siècle, de nouvelles spiritualités, de nouveaux saints voient le jour. Ils font partie de la famille chrétienne mais ils sont, à chaque fois, nouveaux et imprévisibles.