en Aquitaine

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

départements :
24, 33, 40, 47, 64

 

lieu de récollection :

 Abbaye Sainte Marie de Rivet

 Le Rivet, 33124 Auros

responsables :

  

 Tereza Wozny

 Jacques Chulot

+33 (0)5 59 81 53 79

+33 (0)5 59 81 25 61

conseiller spirituel : 

 

 

affichereco160large

Cette année, notre week-end d'amitié était particulier. D'une part il était un peu précoce par rapport à l’habitude... D'autre part il était couplé à une journée passée à Belloc, le samedi. 

En effet, dans la droite ligne de l'exhortation Amoris Laetitia et de la visite d'une délégation de la Communion à notre pape François, nous avons entendu l'appel à nous tourner vers l'extérieur, vers les blessés de la séparation et du divorce. 

En lien avec la Pastorale familiale diocésaine, nous avons invité largement dans le diocèse les "séparés, divorcés vivant seuls" à une journée de réflexion et de partage à l'abbaye de Belloc. Et l'idée nous est venue d'encadrer cette journée par notre week-end d'amitié rituel, de façon que le groupe assure l'accueil, l'écoute et l'animation de la journée. 

Le samedi matin, sept personnes venant de paroisses différentes (Hendaye, Saint-Jean-de-Luz, Bidart, Bayonne) nous ont rejoints pour vivre cette journée avec nous. 

Nous avions sollicité l’abbé Lionel Landart, curé de la paroisse de Saint-Jean-de-Luz, ancien responsable de la pastorale familiale et ancien vicaire général pour animer notre réflexion. 

aquitaine 340 1Jacques et Teresa ont accueilli tous les participants de façon très ouverte, disant ce qu'est la Communion et donnant bien l'objectif de la journée qui était de permettre à chacun de s'exprimer, d'échanger et de réfléchir à son propre chemin. L’abbé Landart nous a aidés à approfondir nos situations à partir de textes d'Évangile bien connus : 

Nicodème, la Samaritaine, la femme adultère et l'aveugle né. A travers ces rencontres de Jésus, il nous a appelés à sortir d'une loi qui enferme et condamne pour entrer dans un Logos1 qui libère, à la suite de Jésus. 

Il a parlé de la famille, de notre famille comme d'une œuvre artisanale et personnalisée qui peut, avec Jésus, devenir une œuvre d'art, malgré ses blessures et ses souffrances. Le fondamental est en effet que, dans ma vie telle qu'elle est, je rencontre Dieu qui m'aime comme je suis. L'idéal est d'accéder à la Vérité (Jésus) et de passer d'un amour à un autre Amour (Jésus). 

A 11h45 nous avons rejoint les moines et les moniales pour célébrer avec eux l'eucharistie. Les textes du jour nous allaient droit au cœur puisqu'avec le psalmiste nous avons chanté : « Tu veux la fidélité, Seigneur, non le sacrifice». Quant à l'Évangile, il mettait dans la bouche de Jésus la parabole du pharisien et du publicain, et le chant de communion nous invitait à répéter pendant de longues minutes : « Qui s’élève sera abaissé, qui s'abaisse sera élevé... » 

Pour le déjeuner, nous avons disposé des tables à l'extérieur, sous un soleil radieux et avons partagé joyeusement nos pique-niques. Pendant ce temps de détente, nous étions invités à choisir deux thèmes pour l'après-midi parmi les trois ateliers proposés :
- "Les enfants dans la séparation" et "Amour et vérité dans la famille", animé par Teresa et Christiane ;

- "Le sacrement de mariage" et "Quelle est ma place dans l'Eglise ?", avec Jacques, Geneviève Mounié et l’abbé Landart ;
- "Est-il possible de rester fidèle ? " et "Comment pardonner ?", avec Vincent et moi-même. 

A 14h, nous avons pris place dans nos groupes de partage et durant une heure, après avoir écouté deux petits témoignages de cinq minutes, nous avons échangé. Il en a été de même à partir de 15h30 après une petite pause. 

A 16h30, chacun a pris la parole brièvement pour exprimer ce qu'il retenait de la journée puis, après un petit temps de prière, nous nous sommes séparés. 

Notre week-end d'amitié s'est alors poursuivi entre nous, à Bassussarry. Nous étions tous heureux de ce moment en commun, d'avoir pu écouter des personnes partageant une expérience proche de la nôtre, d'avoir pu parfois les aider et prendre leurs coordonnées pour poursuivre un dialogue. 

aquitaine 340 2Durant le repas du soir nous avons pu donner nos impressions, dire nos joies, donner des idées d'amélioration mais nous étions unanimes : l’abbé Landa t avait rempli son rôle de façon magnifique : joyeux, à l’écoute, s'exprimant de façon simple et en même temps profonde. Deux questions demeurent : Comment toucher davantage de personnes ? Faut-il utiliser les réseaux sociaux ? 

Le dimanche matin, nous avons choisi de nous joindre aux paroissiens de l’abbé Landart pour la célébration de 10h30. Bien entendu nous avons profité de ce petit voyage à Saint-Jean-de-Luz pour marcher le long de la plage et admirer le paysage sous le soleil. 

Puis, retour à Bassussarry pour un dernier déjeuner. Les fées du logis se sont activées faisant en sorte que, quand chacun a repris la route, dans l'après-midi, ma maison était aussi bien rangée que si j'avais passé le week-end toute seule ! Merci les amies ! 

Au total, notre week-end nous a permis de vivre un temps familial, en groupe de la Communion, de nous donner des nouvelles des uns et des autres, et aussi de nous tourner vers l'extérieur, d'être à l' écoute de personnes blessées, souffrantes, d'entendre leur peine mais aussi leur foi et leur espérance. 

Tout cela nous a profondément réjouis et nous avons décidé de récidiver l'an prochain, en joignant ainsi notre week-end familial et une journée partagée avec des personnes souffrant de la séparation. 

Merci à tous, et surtout merci Seigneur pour ce beau week-end ! Claire (Bassussarry) – AQUITAINE 

1 Logos : 1. Philosophie. Notamment pour les stoïciens, la raison en tant que divinité, source de toute pensée.

           2. Théologie. Le Verbe de Dieu incarné.

 ens 334 1Monseigneur Aillet a rencontré les époux séparés et fidèles à leur sacrement de mariage les 6 et 8 février dernier à Bayonne et à Pau

Ces moments comptent parmi les plus émouvants. Sentinelles du matin ou veilleurs dans la nuit, ces hommes et ces femmes sont impressionnants par leur courage et leur force intérieure, leur joie aussi. Il ne nous appartient évidemment pas de juger des raisons qui les ont conduit à se retrouver dans cette situation, il s’agit seulement de revenir sur l’esprit qui préside à leur choix de vivre la fidélité à leur conjoint légitime, à leur mari, à leur femme.

JUSQU'AU BOUT DE L'AMOUR

Le topo de l’évêque a porté sur le caractère profondément ecclésial de leur situation. Au cœur de l’Eglise, ils sont le témoignage vivant qu’aimer consiste à aller jusqu’au bout.

Aller jusqu'au bout de l'amour, c'est continuer à aimer quand on n'est plus aimé. A ce moment, il se passe une chose extraordinaire : c'est le Christ qui aime en nous, avec lui nous marchons sur les eaux de la mort ; sans lui, nous coulerions dans la haine. Oui, le pardon sublime l'homme... Aller jusqu'au bout de l'amour, c'est croire que tout est possible pour celui qui s'appuie sur Jésus.

Monseigneur Aillet a centré son propos sur le lien douloureux du Christ avec l’homme. Comment, depuis la création d’Adam et Eve, sans oublier l’Histoire Sainte et le temps de l’Eglise, la souffrance offerte est la condition de notre rédemption. Comment, au cœur de la dureté de la vie, de l’incompréhension conjugale, Dieu révèle son mystère de salut.

ens 334 2LA FIDÉLITÉ C'EST AINSI QUE DIEU NOUS AIME

 D’aucuns pourront trouver inaccessible ce chemin de fidélité dans notre société où tout est possible, ou presque. Oui, c’est bien cela en fait, tout est possible quand l’on fait confiance au Christ. Il sait mieux que nous ce qui est bon pour nous… Sinon, pourquoi autant de dépressions, de concubinages successifs sans lendemain…? Le témoignage de la fidélité des hommes est avant tout celui de la fidélité de Dieu qui ne nous a pas abandonnés le jour où le fruit de l’arbre parut bon et goûteux. Quelles que soient notre situation, nos croix, nos trahisons, Jésus nous cherche et nous trouvera, si nous nous laissons faire par lui, si nous nous abandonnons à sa miséricorde. C’est le message des époux fidèles, malgré la séparation, et si unis à Jésus et Marie.

Écrit par Guillaume d'Alançon, délégué épiscopal à la Famille et à la Vie

Je vous transmets le récit de la réconciliation en cours de Béatrice avec son époux (ils ont repris la vie commune et ils ont trois enfants) et de la présence bienfaisante de Marie dans la vie de sa famille.
Vincent (Bordeaux) – AQUITAINE
Marie noeuds 318Je voudrais témoigner de la grandeur, de la toute-puissance et de l’infinie bonté de Notre Seigneur pour ses enfants...
Jusqu'au début 2014 il y a eu des hauts et des bas avec mon époux, tantôt dans le rejet, tantôt dans la réconciliation, à bout de forces j'ai pris la décision de divorcer et j'ai entamé les démarches avec mon avocate.
Entre-temps une amie de longue date me propose d'aller en pèlerinage à Medjugorje avec les enfants. Projet qui me paraissait vraiment impossible à réaliser, mais c'était sans compter sur la persévérance de notre maman du ciel, qui a tout organisé pour que cela devienne possible. Et nous voilà partis tous en octobre 2014 pour ce pèlerinage (14 heures de vol !). Je ne pourrais pas décrire ce qui s'est passé là-bas parce qu’il n'y a pas de mots pour le dire... Des miracles et des grâces de Dieu sur nous tous, nous étions un petit groupe d'une vingtaine de martiniquais. Pluies de bénédictions...
De retour en Martinique, comme poussée par l'esprit, alors que tout était clair avant mon départ, que j'avais pris la décision de divorcer et que je ne m'imaginais pas revivre chez mon époux, voilà que je décide de revenir chez moi, sans que je puisse l'expliquer à personne...
En janvier 2015 je revenais chez moi. J'étais en paix, je sentais que Marie était auprès de moi et m'accompagnait. Mon époux était ravi, bien sûr, les enfants un peu surpris et déboussolés au début mais dans l'acceptation.
Depuis cinq mois que je suis revenue, notre famille a subi beaucoup d'attaques de l'Ennemi, mon époux ayant fait déjà deux crises de rejet, allant même jusqu'à vouloir à nouveau notre départ de la maison.
Vraiment, les choses ne sont pas faciles à vivre après presque vingt ans de mariage, mais cette fois-ci Marie m'a appris à offrir mes souffrances, et je sais qu'elle les transforme en bénédictions et prières pour tous ceux qui ne connaissent pas encore l'amour de Dieu. Chaque jour le Seigneur nous fortifie, j'apprends la confiance, l'abandon, l’acceptation des choses qu'on ne peut pas changer. J'apprends à prendre soin de moi et de ma liberté, Dieu m'a appris que j'étais importante à ses yeux, que tous nous avons une valeur inestimable, j'ai appris à aimer, à pardonner, à recommencer, garder la foi en toute circonstance.
Je veux dire aux personnes mariées ou séparées qui ne savent plus que faire et ne croient plus en rien, qu'avec Marie tout devient possible : apprenons à lâcher prise et cela prendra le temps que cela prendra mais jamais, jamais, Dieu ne nous abandonnera.
Béatrice – MARTINIQUE