Imprimer

 ens 334 1Monseigneur Aillet a rencontré les époux séparés et fidèles à leur sacrement de mariage les 6 et 8 février dernier à Bayonne et à Pau

Ces moments comptent parmi les plus émouvants. Sentinelles du matin ou veilleurs dans la nuit, ces hommes et ces femmes sont impressionnants par leur courage et leur force intérieure, leur joie aussi. Il ne nous appartient évidemment pas de juger des raisons qui les ont conduit à se retrouver dans cette situation, il s’agit seulement de revenir sur l’esprit qui préside à leur choix de vivre la fidélité à leur conjoint légitime, à leur mari, à leur femme.

JUSQU'AU BOUT DE L'AMOUR

Le topo de l’évêque a porté sur le caractère profondément ecclésial de leur situation. Au cœur de l’Eglise, ils sont le témoignage vivant qu’aimer consiste à aller jusqu’au bout.

Aller jusqu'au bout de l'amour, c'est continuer à aimer quand on n'est plus aimé. A ce moment, il se passe une chose extraordinaire : c'est le Christ qui aime en nous, avec lui nous marchons sur les eaux de la mort ; sans lui, nous coulerions dans la haine. Oui, le pardon sublime l'homme... Aller jusqu'au bout de l'amour, c'est croire que tout est possible pour celui qui s'appuie sur Jésus.

Monseigneur Aillet a centré son propos sur le lien douloureux du Christ avec l’homme. Comment, depuis la création d’Adam et Eve, sans oublier l’Histoire Sainte et le temps de l’Eglise, la souffrance offerte est la condition de notre rédemption. Comment, au cœur de la dureté de la vie, de l’incompréhension conjugale, Dieu révèle son mystère de salut.

ens 334 2LA FIDÉLITÉ C'EST AINSI QUE DIEU NOUS AIME

 D’aucuns pourront trouver inaccessible ce chemin de fidélité dans notre société où tout est possible, ou presque. Oui, c’est bien cela en fait, tout est possible quand l’on fait confiance au Christ. Il sait mieux que nous ce qui est bon pour nous… Sinon, pourquoi autant de dépressions, de concubinages successifs sans lendemain…? Le témoignage de la fidélité des hommes est avant tout celui de la fidélité de Dieu qui ne nous a pas abandonnés le jour où le fruit de l’arbre parut bon et goûteux. Quelles que soient notre situation, nos croix, nos trahisons, Jésus nous cherche et nous trouvera, si nous nous laissons faire par lui, si nous nous abandonnons à sa miséricorde. C’est le message des époux fidèles, malgré la séparation, et si unis à Jésus et Marie.

Écrit par Guillaume d'Alançon, délégué épiscopal à la Famille et à la Vie