Imprimer

rennes_temoins

 

 

 

 

 

Trois Dinannaises ont retrouvé le père Bandelier, conseiller spirituel de la Communion Notre-Dame de l’Alliance, en gare de Rennes. Il était venu pour participer à la veillée de prière pour la fidélité dans le sacrement du mariage organisée avec la pastorale familiale d’Ille-et-Vilaine à la paroisse Saint- Hélier (au premier rang, les "témoins").


Cette paroisse, confiée à des prêtres de la Communauté de l'Emmanuel, a accueilli très chaleureusement les membres de la Communion et encouragé leur démarche.

Mgr d’Ornellas, archevêque de Rennes, nous a beaucoup soutenus et sa présence nous a particulièrement touchés.
Il a su, dans son homélie, nous montrer qu’en donnant au Christ la première place dans nos vies, nous serions assurés de trouver sa Paix.Ce message de paix est allé droit au cœur d’une assemblée fervente et priante.
Le  profond témoignage du couple, marié depuis plus de trente ans, était rempli de leur expérience de responsables de préparation au mariage. Ils ont souligné l’importance de la fidélité vécue au quotidien. Dire ensemble tous les soirs un Notre Père et un Je vous salue Marie est l’un des engagements qu’ils ont pris dès le début.
Même si chacune de nos histoires est différente, le témoignage de Chantal a fait écho à nos souffrances ainsi qu’à notre espérance, et nous a donné l’occasion de prier les uns pour les autres.
Nous remettre en présence de Jésus Eucharistie, avoir la possibilité de recevoir le pardon, autant de moments bénis vécus en communion et portés par les chants et le son mélodieux de la harpe.
Couples et personnes séparées ont pu renouveler leur engagement dans l’Amour et dire ensemble la prière des foyers. Après un échange très sympathique autour d’un pot de l’amitié, nous avons décidé qu’il fallait renouveler cette expérience. Des idées germent déjà pour une célébration encore plus belle dans un proche avenir.
Une participante nous a envoyé son témoignage :
C’est avec joie que je suis venue à la veillée de prière du 14 mai à Rennes, joie d’autant plus grande que je n’avais pu participer aux deux précédentes soirées qui avaient eu lieu en Bretagne.
Je me pensais sereine après dix jours passés en région parisienne, logée dans la maison familiale que j’ai quittée il y a six ans et que nous devions – avec nos enfants – vider suite au décès de mon mari dont j’étais séparée.
J’ai beaucoup apprécié le thème choisi par Mgr d’Ornellas, « la tempête apaisée » mais ce n’est que pendant l’adoration que je me suis rendu compte à quel point ma propre barque était chahutée. Aussi la méditation des paroles de notre archevêque alimente-t-elle ma prière.
Jésus monte dans notre barque avec nous comme nous le lui demandons par le sacrement du mariage. Il le fait librement et volontairement. Il y reste et même s’il dort, il est là, bien présent. Lorsque la barque est secouée, menace de couler et que les passagers crient au secours, Jésus ne se contente pas d’accompagner, d’aider à la manœuvre, il calme la tempête. Jésus s’attaque à la racine du mal – le vent, qui aussitôt lui obéit – ce qui permet à la mer de se calmer et à tous de retrouver la paix.
Une image m’est venue : l’époux (se) a quitté la barque. Mais moi ? Vais-je laisser Jésus seul dans notre barque ? Vais-je l'abandonner ? Ma réponse sera celle de Pierre : « A qui irions-nous Seigneur ? Tu as les paroles de la vie éternelle ! »