Imprimer

Une grande unanimité s’est prononcée pour saint Benoît-Joseph Labre. Comme nous, il a été éprouvé par la solitude, l'incompréhension des gens face à ses choix et un grand désir de fidélité à son Seigneur. Ce saint est aussi très humble. Il est pour nous un réconfort dans notre quotidien parfois bien difficile. "Dieu vous veut ailleurs" lui dira-t-on à son départ de l'Abbaye de Sept-Fons. Cet ailleurs va éclairer toute sa vie. Pendant dix ans et jusqu’à sa mort, il se situe "ailleurs" pour être "avec" : -  ailleurs, en faisant 30 000 Km à pied et en traversant de multiples pays ;

St-patron-FA-  ailleurs, en partageant l’existence de ceux dont la société n’a pas voulu ou qui n'ont pas pu ou su s'intégrer ;

-  ailleurs, en se faisant solidaire de ceux qui sont en cellule et croupissent au fond d’une prison ;

-  ailleurs, en étant l’ami de ceux qui changent de milieu, de conviction, de sentiments, et, que ceux qui étaient leurs proches rejettent ;

-  ailleurs, aux côtés des filles de la rue, des vieillards diminués et des mauvais garçons de l’hospice ;

-  ailleurs, là où nul ne veut aller mais où le Christ attend chacun ;

-  ailleurs, où Benoît trouva la joie ;

-  ailleurs, où il acquit la paix ;

-  ailleurs, où il se fit disciple de Jésus et où nous sommes toujours sûrs de le trouver...


Il vivait dans le plus extrême dénuement, partageant avec les pauvres les soupes populaires et les humiliations, toujours en oraison et toujours patient. 
Béatifié le 20 mai 1860 par le pape Pie IX devant 40 000 personnes, Benoît- Joseph Labre fut canonisé le 8 décembre 1881 en la fête de l'Immaculée Conception par le pape Léon XIII. Il est liturgiquement commémoré le 16 avril, jour de sa « naissance au Ciel ». Il est le saint patron protecteur des modèles, des célibataires, des mendiants, des sans-domicile-fixe, des pèlerins, des itinérants et des personnes inadaptées.

Etienne et Marie-France

1 Chaque groupe régional a choisi le nom d’un(e) saint(e) comme pseudonyme pour s’identifier au sein de la Communion