Index de l'article


Pierre-Yves : Il n'est pas très facile de témoigner du côté tribune, moi qui me suis bien des fois trouvé dans ce même auditorium côté auditoire, pour des raisons professionnelles ou associatives. Moi qui devais présenter la Communion, ce qui m’a le plus ému, c'est de me replonger dans nos « archives » pour préparer l’intervention. Cette histoire toute simple n'a vraiment rien de banal. C'est touchant de revivre les tâtonnements, les balbutiements puis les géniales intuitions des débuts. Quelle richesse accumulée en si peu d'années ! Quelle lourde responsabilité pour les successeurs que nous sommes de transmettre et de faire fructifier cet héritage ! 
Claire : Un mercredi soir à Saint Louis d’Antin, en plein centre de Paris, une soirée invite les personnes touchées par le divorce à réfléchir et à entendre le témoignage de quelques chrétiens. Une cinquantaine de personnes seulement se sont dérangées dont une quinzaine de la CNDA. Aucun prêtre, aucun chargé de pastorale alors que les divorces se multiplient, et que les prêtres ou autres responsables sont tellement démunis devant ce fléau !
Parmi les personnes présentes, très diverses par leurs histoires,  je remarque un point commun : souffrance, désarroi, recherche de soutien et de repères, soif et joie d’entendre la grandeur du mariage.
Comment expliquer ce qui paraît si contradictoire : tellement de personnes touchées par cette véritable épidémie et si peu de mobilisation pour aider les victimes ?
Je n’ai pas de réponse mais ce que j’ai compris une fois de plus ce soir-là, c’est que nous ne pouvons pas manquer une occasion d’écouter la détresse des personnes touchées par la séparation, ni celle de parler, de proclamer la grandeur du mariage chrétien, de témoigner pour dire que le divorce n’est pas une fatalité, qu’on doit aider les couples en difficulté, que si, par malheur, la séparation survient, elle n’empêche pas les grâces du sacrement de se déployer et que la fidélité et le pardon sont des clefs pour continuer à faire vivre la famille dans une certaine paix.