Imprimer

Il fut un de ces moines d’origine irlandaise qui émigrèrent en France à l’époque mérovingienne. Faron, évêque de Meaux, lui céda dans la forêt de Brie une clairière où il put vivre en ermite. 

On sut vite qu’il y avait là un saint homme, et Fiacre reçut des visiteurs. Il priait sur eux, leur distribuait des consolations et de bons conseils ; parfois, Dieu aidant, les guérissait. Il construisit un hospice pour ceux qui ne pouvaient repartir le jour-même et il les nourrissait des légumes de son jardin. 

saint 336 1La renommée de sa sainteté s'étant répandue partout comme un parfum, il souhaita disposer d'un terrain plus vaste afin de cultiver des légumes pour ses visiteurs et des herbes pour ses malades. Il demanda alors à Faron quelques arpents de terre supplémentaire. Selon la légende, il lui fut accordé la quantité de terre et de bois qu'il serait capable de délimiter par un fossé creusé de sa propre main en une journée de travail... 

Le saint se mit en prière, puis marcha en traînant derrière lui son bâton qui creusa le sol d'un sillon large et profond tandis que s'abattirent de part et d'autre les arbres qu'il toucha. Une méchante femme, spectatrice du miracle, se précipita chez Faron et accusa le saint d'être un sorcier. Fiacre découragé s'assit sur une grosse pierre qui se ramollit et se creusa pour lui offrir un siège convenable. Mais Faron reconnut à ces prodiges les vertus de l'homme de Dieu et renvoya la femme à sa quenouille. 

Mort vers 670 et vénéré en Brie depuis le haut Moyen Âge, saint Fiacre était patron des jardiniers depuis le Xe siècle et particulièrement invoqué contre les hémorroïdes. Parmi les pèlerins qui affluaient à son tombeau, ceux qui souffraient de ce qu’on appelait alors le "mal de Saint Fiacre" s’asseyaient à tour de rôle sur la pierre où Fiacre s’était assis, espérant que ce contact les soulagerait de leur infirmité. 

saint 336 2Saint Fiacre est fêté le 30 août et représenté avec une bêche, qui a remplacé le bâton du miracle dès le XIVe siècle. 

En 1637, la reine Anne d’Autriche vint lui demander d’avoir enfin un enfant mâle ; l’année suivante, elle mit au monde le futur Louis XIV. Son mari Louis XIII portait toujours sur lui une médaille de saint Fiacre, et on le montre la baisant avidement sur son lit de mort. 

A la même époque, les chaises à porteurs furent remplacées à Paris par des voitures attelées, louées à l’heure ou à la course. Elles prirent le nom du lieu d’où elles partaient et où elles revenaient : l’hôtel de Saint-Fiacre. Notre saint est donc aussi le patron des chauffeurs de taxi ! 

A Avon, où une statue de saint Fiacre est érigée, un cortège de brancards décorés de fleurs et de légumes portés par des jeunes gens et des enfants, sillonne la ville chaque année. Des piles de brioches, de 

la musique, des bannières, une messe solennelle puis un copieux banquet sont les étapes de cette journée de fête, célébrée dans le passé en alternance à Avon et à Fontainebleau. 

Bruno (Saint-Maur-des-Fossés) – ILE-DE-FRANCE (AVON) et de larges emprunts à Omer Engleberrt (La fleur des saints)