en Lorraine-Champagne-Ardenne

LCA.JPG

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

départements :
2, 8, 10, 21, 25, 39, 51, 52, 54,
55, 57, 67, 68, 70, 71, 88, 90

Lorraine Champagne Ardenne
 

lieu de récollection :

Clarisses de Cormontreuil

Reims (51)

responsables :

  

Florence Tangre-Nicolas

Monique Herrmann

+33 (0)6 62 99 30 27

+33 (0)6 51 23 67 92

conseiller spirituel : 

Père Dominique Fleury

 
affichereco160large

Nous avons tous de profondes blessures en nous. Cicatrisées ou pas, elles font toujours mal, des dizaines d'années après.
consentir 2 319Les miennes reviennent en boucle inlassablement : celles que j'ai reçues, celles que j'ai infligées consciemment, ou non mais que j'ai appris à voir. Un rien les réveille.
Les pires, bien sûr, sont infligées par ceux qu'on aime ou qu'on admire : conjoint, enfants, parents, amis, bénévoles dans le service... qu'on découvre au détour du quotidien insuffisants, incompétents, voire ingrats ou, au mieux, indifférents, lointains. Que d'incompréhensions, de déceptions, et de trahisons à accepter !
Je ne trouve la Paix qu'avec la lecture des grands saints, la contemplation de Jésus, de la Création divine et des œuvres d'art et la douceur des personnes bienveillantes aimant vraiment Dieu.

Je suis partie du carmel dans les Ardennes le 25 mars 2014 en la fête de l’Annonciation, après la messe et la bénédiction du prêtre.
marcher1-adf314C’est bien grâce à Marie, la prière des sœurs carmélites et de tant d’autres personnes connues ou inconnues que ce camino a été Cadeau. Je suis arrivée près de Saint-Jacques le 3 juillet avec beaucoup d’émotion et habitée de cette joie intérieure.

Chemin de prière, chemin de paix, chemin de la Rencontre

Décider d’aller à la rencontre de St Jacques, c’est avant tout offrir chaque pas, méditer et contempler la Création dans le silence et la solitude.

Suite à la récollection régionale, voici un témoignage bouleversant, qui veut rester discret...

psaume-graceJe viens à vous ce soir pour vous partager une grande joie que j'ai vécue ce week-end. J'étais au Cénacle à Nancy, pour une récollection ouverte aux personnes séparées ou divorcées, non remariées. Pas facile de parler d'un passé aussi douloureux, encore si présent, avec des inconnu(e)s...

Nous étions 25 personnes dont deux prêtres (un dominicain responsable national, venu de Bordeaux, malgré les grèves SNCF, nous prêcher ce rassemblement et un autre prêtre responsable du secteur de Reims) et seulement deux hommes divorcés.

Notre évêque, Mgr Jean-Louis PAPIN, est passé nous encourager et faire plus ample connaissance avec le mouvement.

J'y ai retrouvé l'ambiance des équipes Notre-Dame qui me manquent tant, mais cela n'est qu'un détail. J'ai pu rencontrer un prêtre, j'en avais envie depuis si longtemps, mais toutes démarches me demandent encore un tel effort depuis huit ans que j'attendais, reportais toujours ce moment. C'était au-dessus de mes forces. Aujourd'hui, j'ai pu recevoir le pardon de Dieu. Que du bonheur !! Mais ce n'est pas tout...

J'ai surtout pu recevoir Jésus dans l'Hostie, et pour moi, c'était presque "une deuxième Première Communion", tant l'émotion et la joie étaient intenses. En effet depuis 8 ans, je m'interdisais l'Eucharistie. A cause de mon statut de "divorcée", je me sentais indigne de communier... C'est bête mais c'est comme ça !! Je ne sais pas l'expliquer, mais ce divorce est toujours aussi lourd à porter, je ne

l'accepte toujours pas, je ne sais pas si je l'accepterai un jour.

Je hais cette solitude, je suis toujours aussi révoltée qu'aux premiers jours. Et surtout, je me reproche d'avoir donné à mes enfants un "irresponsable pour père"... J'ai perdu l'espérance qu'un jour le soleil brillera pour moi, je n'attends plus grand chose de la vie...

Dans cet état d'esprit, il est évident que je n'arrive plus à participer à la messe dominicale. Cela me fait mal, mais dans les 4 églises de Lunéville, il y a trop de souvenirs. Les quelques essais que j'ai faits ont été catastrophiques pour le moral. Le regard de certains... la hantise de devoir refuser une demande pour quêter, les réflexions blessantes de non-compréhension suite à ces refus m'ont fait me replier sur moi- même.

Il y a eu non seulement ce recul, mais un effacement total vis-à-vis de la communauté, et non sans douleurs. Heureusement malgré tout, rien n'a changé concernant ma foi et je prie toujours autant, mais différemment.

Aujourd'hui, un grand rayon de soleil a brillé pour moi ! J'ai vu des hommes et des femmes brisés comme moi par la même épreuve, se relever et venir au-devant de nous, les plus jeunes dans le divorce, nous apporter leur témoignage plein d'espérance et de paix. J'ai bien conscience que je ne suis pas guérie, que le premier caillou me fera retomber, mais qu'enfin un week-end sans larmes, sans aigreur, sans haine, a permis de pouvoir parler de notre peine sereinement.

Quel chemin parcouru en 24 heures... Merci Mon Dieu !! Que d'échanges profonds, de témoignages poignants, d'enseignements riches et percutants.

Je mets beaucoup d'espérance en ce mouvement de frères et sœurs blessés par la rupture. Je ne sais pas si j'arriverai à guérir un jour, à pardonner. Sur ce point il y a encore du chemin à faire... mais j'ai retrouvé la joie et l'espérance au cours de ce week-end, et surtout une certaine paix intérieure...

Alors, je viens vous partager cette joie, mais aussi vous dire que si vous connaissez des personnes qui vivent cette épreuve, dites-leur que la Communion Notre-Dame de L'Alliance les attend les bras ouverts.

Transmis par Michelle et Renée – LORRAINE-CHAMPAGNE-ARDENNES