en Midi-Pyrénées

recollection-bdefDes récollections sont régulièrement proposées aux membres de la CNDA. La date de la prochaine récollection est indiquée ci-dessous ou sera annoncée sur le site ultérieurement.

Récollection du 10 au 11 juin 2017 qui sera prêchée par le frère Joël, père abbé, se déroulera à Notre-Dame de Tournay (65).

Pour plus d'information pratique, joindre directement les responsables régionaux en consultant :

la fiche du groupe régional CNDA

En l’église Notre-Dame-du-Rosaire à Rangueil près de Toulouse a été organisée une veillée de prière pour la vie avec exposition du Saint Sacrement.

A l’appel des pastorales de la famille et de la santé, j’ai été invité à témoigner sur cette blessure qu’est la séparation du couple. Voici le témoignage que j’ai donné :

Accompagner-MP-315« Avec Claude, mon épouse, nous nous sommes mariés, il y a bientôt 24 ans. Nous avons présenté à Dieu notre union et reçu le sacrement de mariage ; un mariage pour toujours.

Nous étions heureux de cette vie conjugale et bâtissions notre foyer, pensant aussi à notre vie spirituelle, avec l'aide de l'Église. Cependant les difficultés de la vie quotidienne nous envahissaient, l'incompréhension s'installe entre nous.

Un jour de janvier 2007, la séparation eut soudain lieu et, peu de temps après, je découvre avec stupeur la demande en divorce. Quel séisme ! Que faire, alors que je pensais que, tous deux, me semblait-il, nous croyions au mariage pour toute la vie ? « Que l'homme ne sépare pas, ce que Dieu a uni »...

La Providence m’a conduit, peu de tempsaprès, à découvrir des hommes et des femmes qui ont fait le choix de vivre, malgré la séparation, de la grâce du sacrement de mariage. Dans la foi au Christ, ils prennent un chemin de fidélité, de pardon et d'espérance.

Un petit aperçu de notre vie des régions Midi Pyrénées et Languedoc Roussillon, car notre Communion se partage ces deux belles contrées.

Midi-Pyrenee1-siteLe pèlerinage de Sainte Germaine de Pibrac, à la sortie de Toulouse, a lieu le 15 juin. Il nous a permis de nous retrouver pour fêter notre nouvelle patronne en union avec bien sûr notre Mère du Ciel.

Pour ceux qui ne connaissent pas cette petite bergère, c’est une enfant maltraitée par sa belle-mère qui la nourrissait très peu et nesupportait pas de la voir s’intéresser à plus pauvre qu’elle. Elle était très pieuse et gardait de quoi les nourrir. Un jour qu’elle s’apprêtait à distribuer du pain, sa marâtre luidemande de lui montrer ce qu’elle cachait dans son tablier. Germaine lui ouvrit son tablier qui s’était rempli de fleurs. Depuis, pour le pèlerinage, la chasse de sainte Germaine est couverte de roses et toute la basilique est décorée de fleurs... Encore une petite bergère qui a été touchée par la grâce de Dieu ! C’est impressionnant de voir combien de bergersont été appelés par Notre Seigneur à témoigner de son Amour, dans leur pauvreté et leur générosité : la Salette, le Laus, Domrémy, Lourdes, Fatima et j’en passe.

Autre moment fort de notre région, la dernière récollection de Montolieu, dans l’Aude où le Père Philippe PLET nous a fait un enseignement sur « Saint Joseph et la spiritualité des élus selon l’Apocalypse ».

Nous étions accueillis par les petites sœurs de Saint-Vincent- de-Paul qui nous ont hébergés dans leur maison de retraite. Lecadre était idyllique, avec un magnifique bassin en pierre où la croix du Seigneur se reflétait dans l’eau, et plein de fleurs : roses, escolzias, œillets, vignes en treilles...

Midi-Pyrenee2-siteLe Père Plet, Passioniste, nous a fait découvrir d’autres facettes de saint Joseph que celles que nous avions déjà abordées et nous a permis de nous émerveiller qu’un saint dont on sait si peu de choses se révèle finalement si riche par ses actions et sa présence, sous le regard de Jésus et de Marie...

Patience, silence, travail, obéissance, abnégation, piété et chasteté résument cette présence si importante pour Marie et Jésus lors de la vie « cachée » de Jésus (30 ans pour 3 ans de vie publique) : un bel exemple à suivre

La Vierge Marie nous y attendait aussi avec la statue des apparitions de la Rue du Bac où d’autres apparitions ont eu lieu moins connues, en 1840 car la Vierge y a donné un « scapulaire » de son Cœur Immaculé, vert, à une petite sœur de saint-Vincent-de-Paul, sœur Bisqueyburu, pour aider à la conversion des pécheurs surtout à l’heure de leur mort.

Cette sœur a fini sa vie à Carcassonne, où elle a eu d’autres apparitions dans la chapelle de l’hospice dont il ne reste actuellement que le lieu de la chapelle, appelé le Dôme...

Groupe Midi-Pyrénée