Imprimer

bouquetLe vendredi 9 octobre, nous étions environ 90 à participer à cette veillée de prière. Le curé de la paroisse Saint-Louis a accueilli Mgr Emmanuel Delmas, évêque d’Angers, qui nous a salués ainsi que les sept prêtres présents et nous a dit toute sa joie de célébrer la fidélité de Dieu dans nos vies.
Florilège tiré de cette soirée…


Témoignage de Brigitte, mariée depuis 42 ans, divorcée depuis 28 ans, trois enfants et sept petits-enfants
« Mai 68, abandon de la pratique religieuse et trop de liberté dans le couple ont conduit notre union à sa désagrégation… Après quatorze ans de mariage, j'ai demandé le divorce... En août 81, à Taizé, un homme pour lequel j’éprouvais des sentiments très forts, m'a dit : " Non, pour l'amour du Christ ". A travers lui, par cette parole, le Seigneur tentait de me rejoindre mais je ne voulais pas renoncer à "refaire" ma vie. Il m’a fallu cinq ans, un prêtre et des couples amis pour comprendre ce refus et le transformer en "oui". Depuis, Dieu a mis la Communion Notre-Dame de l'Alliance sur ma route : avec ces frères et sœurs qui vivent la même situation que moi, nous approfondissons le sens de ce "oui" dans notre sacrement de mariage, dans la fidélité et le pardon. Maintenant joie et paix intérieures m’habitent.
Dire oui à la fidélité, c'est une chose mais comment la vivre au jour le jour ?
Comme je me sentais incapable de vivre ce chemin, je demandais au Seigneur de pourvoir à mes besoins de tendresse, d'affection, de joie, de paix, de liberté intérieure… Quand il y avait des désirs en moi, des bras qui me manquaient, des mots d'amour que je voulais entendre, je criais… et le Seigneur entendait ma prière. Il m'envoyait les amis ou les couples que j'avais besoin de rencontrer.
Mon époux est mon plus proche prochain… Concrètement, qu'est-ce que cela signifie pour moi ?
- consentir à son cheminement, différent du mien,
- l'aimer comme le Seigneur l'aime,
- renoncer au projet initial d'une vie commune mais être prête à le recevoir tel qu'il est,
- continuer à vivre notre engagement de parents, à veiller ensemble à la construction de nos enfants,
- prier pour qu'un jour chacun s'éveille à l'amour de Dieu dans sa vie présente…
À travers ses sacrements, l'Eglise me donne les aides dont j'ai besoin : la Réconciliation et l'Eucharistie, signes de cet amour inconditionnel et de cette fidélité de Dieu au-delà de nos faiblesses.
M’ont aidée également la prière, fontaine d'eau vive pour apaiser mes soifs, et le renouvellement du "oui" au conjoint, que nous disons annuellement à la Communion Notre-Dame de l'Alliance, et que je redis à chaque anniversaire de notre mariage.
Le dialogue se poursuit ainsi jour après jour entre mon conjoint et moi, dans le respect de son identité et sa liberté.

Merci, Seigneur, de m'avoir fait découvrir ce trésor qu'est le sacrement de mariage qui nous unit pour la vie ! » 


Témoignage d’un couple de retraités, mariés depuis 30 ans
« Par le sacrement de mariage, Dieu s’est engagé avec nous dans le "oui" qui a engagé toute notre vie. Notre couple est devenu, par ce sacrement, image du Dieu fidèle, présence du Dieu d’amour, sacrement de l’alliance de Dieu dans le monde, signe de son amour pour les hommes. En tant qu’époux, nous avons accepté d’être les témoins de cet amour qui est source de notre amour mutuel.
Au début de notre vie de couple, c’était facile, nous éprouvions ce sentiment de plénitude d’une relation à deux qui comble de bonheur mais peu à peu la désillusion s’est installée dans notre relation avec une impression d’essoufflement, de lassitude, avec des moments de doute sur la réalité de notre amour.
C’est lorsque chacun de son côté se dépense sans compter pour son activité professionnelle ou dans les engagements associatifs, que s’insinue l’infidélité vis à vis du conjoint… Quand nous dévalorisons l’autre, quand nous sommes indifférents, quand nous nous enfermons dans une attitude de supériorité…
La fidélité, dans un couple, n’est pas l’immobilité car elle se décide et se construit jour après jour.
Vivre la fidélité, c’est s’ajuster à l’évolution du conjoint et de la famille : naissances, changements dans le travail, problèmes de santé ou de l’âge, départ des enfants, retraite professionnelle… C’est privilégier la communication en profondeur pour s’accepter dans nos différences, partager ce que nous ressentons en profondeur, chercher sans cesse le bien et le bonheur de l’autre.
Par le sacrement de mariage, notre couple est appelé à être signe de l’amour de Dieu pour le monde.
Dans notre vie de couple, nous ne sommes pas seuls : le mouvement « Vivre et Aimer » nous soutient et nous encourage à dialoguer en vérité et à partager avec d’autres ce que nous vivons.
Etre fidèle, c’est choisir d’aimer notre conjoint et avoir confiance dans sa capacité à grandir.
La fidélité est un chemin d’évolution où l’on se réajuste l’un à l’autre ; un chemin de pardon qui nous permet de grandir quand nous pouvons dire nos blessures, nos sentiments, nos peurs, nos fragilités ; un chemin de conversion où nous sommes invités à changer de regard, à nous décentrer de nous-même pour nous tourner vers notre conjoint et poser sur lui un regard d’amour. »

 


Monseigneur Emmanuel DelmasHomélie de Monseigneur Emmanuel Delmas
Dans une page d’Evangile (Mt 19, 3-11), Jésus nous dit : « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme et les deux ne feront qu’une seule chair... Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a uni ! »
« Il faut beaucoup de foi pour mettre cette parole en pratique. Parce que le lien du mariage n'appartient pas aux époux qui décident librement de s'allier l'un à l'autre. Lorsque nous disons que les époux se donnent le sacrement de mariage, il faut bien comprendre qu'ils sont les serviteurs d'un don qui ne leur appartient pas, qui ne vient pas d'eux. Quel est ce don sinon l'Amour avec lequel Dieu a aimé l'humanité ? Et nous savons jusqu'où est allé cet Amour : le Christ a offert sa vie, Il a noué une alliance que rien désormais ne peut détruire. À l'intérieur même de leur amour humain vient demeurer l'Amour même de Dieu, l'Amour parfait. C'est pour cela que nous disons que l'amour humain est élevé, transformé, purifié, sanctifié. C'est pour cela qu'il est nécessaire que l'amour que l'on vit dans la vie conjugale puisse se manifester dans l'adversité. Il n'est pas difficile d'aimer lorsque l'on est "payé" en retour, si je puis dire. C'est tout autre chose lorsqu'il n'en est pas ainsi…
Vous, séparés mais fidèles, vous témoignez de l'Amour avec lequel Dieu a aimé l'humanité, puisque vous êtes fidèle à votre conjoint dans cette épreuve de la séparation, qui a pu aller jusqu'au divorce. Vous dites ainsi que le "oui" que vous avez prononcé au jour de votre mariage, est toujours là, au cœur de cette épreuve. C'est l'Amour même de Dieu qui vous donne la force de le redire jour après jour.
Vous témoignez de ce que l'amour conjugal est appelé à laisser toute sa place à l'Amour de Dieu qui n'a jamais été aussi expressif que le jour où il a été abandonné de tous.
Merci pour votre témoignage : il est important qu'il soit vécu concrètement, par des hommes et des femmes aujourd'hui, dans notre Eglise et dans notre monde. »


veillée fidélité à CholetQuelques messages touchants des participants :
A la sortie, nous nous sommes retrouvés autour d’une grande brioche et d’un verre de jus de fruits et chacun a pu dire - ou écrire sur un cahier mis à disposition - sa joie d’avoir vécu une telle veillée.
- Magnifique veillée très émouvante grâce aux témoignages très forts. L'expérience des couples nous aide à construire le nôtre jour après jour. (Jeune couple)
- Merci de nous avoir permis de redire notre « oui » au sacrement de mariage.
- Soirée profonde qui « tombe » à un moment « bousculé » de notre vie de parents, un moment où je serais prête à douter ! Merci.
- Que d'émotions pour mon esprit troublé ! Ce fut une belle soirée.
- Moment fort de notre couple dans la fidélité au Seigneur, avec Lui. Continuons ensemble sur ce chemin, en union de prière.
- «Tu prieras pour moi » : c’est à sa manière que mon époux m’a « envoyée » à la célébration organisée à la paroisse Saint-Louis. S’il met rarement les pieds à l’église, il croit que Dieu est bien pour quelque chose dans notre amour…
- J'ai vu que beaucoup sont venus à deux ce soir-là et ont renouvelé ensemble le « oui » de leur sacrement de mariage. D’autres se sont avancés seul(e)s pour la même démarche, et parmi eux, des membres de la Communion Notre-Dame de l’Alliance. Ils sont, dans l’Eglise et dans le monde, une poignée d’hommes et de femmes qui osent témoigner de la grâce de la fidélité.
- La fidélité est grâce, elle se reçoit de Dieu ! J’ai aimé la célébrer plutôt que d’en discuter. Venue par sympathie pour une amie, je suis repartie "ressourcée "...
- Adorer Jésus, ce n’est pas seulement se prosterner devant la présence eucharistique, c’est l’accueillir dans tout être humain. Les chemins pour rencontrer le Christ sont divers et témoigner d’un chemin ne signifie pas exclure les autres. Le témoignage de la Communion Notre-Dame de l'Alliance m’a dit la richesse d’un engagement qui ne rend pas intolérant à d’autres choix mais qui, au contraire, invite à aimer l’autre tel qu’il est, tel qu’il vit.
- Que de grâces reçues ! Continuons de croire et de vivre dans la fidélité du Seigneur.