Imprimer

foyer de BranguierC’est sous une pluie battante que le groupe Provence s’est retrouvé les samedi et dimanche 28-29 mars au Foyer de Notre-Dame de Branguier autour des Pères Jansen et de Cointet, heureux de nous retrouver presque au complet dans les nouveaux locaux du Foyer que nous avons inaugurés.

Dans le cadre du thème d'année, "de la solitude à la communion", nous réfléchissons au sens de cet amour qui nous habite malgré l’absence de l’époux ou de l’épouse. Quelle est la nature de cet amour qui nous pousse à vivre fidèles à notre conjoint parti ? Nous ne le comprenons parfois pas nous-mêmes mais le Père Pierre de Cointet nous a aidés à trouver des fondements spirituels et théologiques à ce désir mystérieux :

«  Votre situation vous place au cœur du Mystère de l’Eglise, cette demeure toujours sainte malgré nos lâchetés. Par la grâce du sacrement de mariage reçu en Eglise, vous gardez quelque chose d’intact, quelque chose de virginal comme un sceau, l’alliance, le don du Christ qui est don de la grâce. Ce que vous n’arrivez pas à nommer, c’est cette réalité de la dimension divine de l’Eglise. Votre vie, vous avez déjà pu le constater, a une fécondité au-delà de la séparation, qui s’enracine dans cette fidélité mystérieuse et divine. »

Thérèse a alors parlé de ce « fruit autrement » que le Seigneur nous permet de porter encore pour les autres. En effet, des liens se maintiennent et s’expriment, bien incarnés à travers l’amitié que nous nous portons les uns les autres.  « Mais vos liens ont aussi une dimension spirituelle de l’ordre de la grâce et du projet de Dieu sur l’humanité. Le but du mariage est de témoigner de l’union du Christ avec l’Eglise et vous témoignez de cet Amour dans vos vies ; certes ce « fruit autrement » est un fruit qui va au-delà du sentiment ou du ressentiment, au-delà des difficultés normales à pardonner. Ce fruit se situe au niveau du sacrement en tant que Mystère de grâce. Votre désir de fidélité ne vient pas de vous mais de plus haut que vous. La relation n’existe plus physiquement, matériellement, sensiblement mais elle existe dans le fond du cœur de Dieu et dans le vôtre pour toujours. La relation existe encore par le but même du sacrement : l’union du Christ et de l’Eglise. »

Quelle joie pour nous d’entendre ces paroles fortes et rassurantes qui donnent du sens à nos choix et nous aident à sortir des doutes et des hésitations. Le Père nous a rappelé, en nous confiant à saint Joseph, les récents propos du Saint Père Benoît XVI en Afrique lors des Vêpres de la fête : « Saint Joseph nous apprend à aimer sans posséder ». Prions Saint Joseph et la Vierge Marie pour notre Communion ND de l’Alliance.

groupe Provence