en Val de Rhône et Saone

Rhone Alpes.JPG

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

départements :
1, 7, 26, 38, 42, 43, 63, 69, 71, 73, 74

Val de Soane 2017

lieu de récollection :

Maison St Jean

Ars-sur-Formans (01)

responsables :

  

Marie-Odile Grimonet

Françoise Chardiny

+33 (0)6 37 62 36 41

+33 (0)6 82 74 73 96

conseiller spirituel : 

Père Philippe Toxe 

  
affichereco160large

Jean-Pierre Meyer , l’un des plus anciens membres du groupe Rhône- Alpes, nous a quittés pour la Communion du Ciel, quelques jours avant Noël, à l’âge de 93 ans.
A-Dieu-Jean-Pierre-316Le 22 décembre dernier, aux côtés de sa famille, nous l’avons accompagné de nos prières à la messe de funérailles, célébrée dans sa paroisse Saint-Pothin à Lyon 6ème, où il aimait rencontrer son Seigneur, dans l’Eucharistie et dans l’adoration.
Son parcours humain a été riche, fécondé par une quête spirituelle jamais assouvie. Venu du judaïsme par sa famille alsacienne, il confiait volontiers qu’il devait sa conversion à son épouse catholique, non par opportunisme, mais par la découverte de l’amour d’un Dieu sauveur.
Sa vie de cadre commercial l’avait envoyé dans beaucoup de pays étrangers .Débordant d’énergie à sa retraite, il s’est investi aussi dans la société : juge au tribunal des Prud’hommes, écoutant à SOS- Prière, membre d’EGEE, association d’entraide et de partage entre les générations, il a accepté de nombreuses missions.
Après avoir quitté sa seconde compagne et redécouvert la grâce du sacrement de mariage, il a rencontré la Communion en 1985, et il s’est laissé saisir par la miséricorde de Dieu. Avec le groupe de Lyon naissant, il a incarné sa foi par son engagement à la fidélité et au pardon, et nous avons partagé pendant un an, la coresponsabilité du groupe Rhône Alpes. Sur la demande de nos fondateurs, nous sommes allés tous deux présenter la Communion à notre évêque d’alors, Mgr Decourtray, pour son implantation sur le diocèse, et rencontrer un spécialiste de droit canon pour l’élaboration de nos premiers statuts canoniques.
Par sa personnalité vivante et chaleureuse, il a laissé une empreinte marquante parmi ceux qui l’ont connu. Son grand besoin de « dire » et de « partager » ses découvertes, lors de nos réunions lyonnaises, nous amenait parfois à tempérer ses ardeurs : il était intarissable !
Il aimait débattre de ses convictions, intervenant même auprès de nos prédicateurs, avec une véhémence, une passion que nous devions parfois canaliser...Mais à nos rencontres mensuelles, il partageait avec la même générosité les nourritures terrestres, les bons fromages de sa campagne ou les meilleurs vins de son caviste...
L’âge venu, ses forces s’amenuisaient, mais il était encore avec nous pour fêter le passage de l’année 2013 à 2014 chez Françoise... Il voulait rester présent au groupe qui était pour lui comme une deuxième famille. L’an dernier, des séjours en hôpital, puis en maison de repos, où nous sommes allés le visiter, l’avaient bien affaibli. Pour ses derniers jours, avec les plus proches membres disponibles de la Communion, nous sommes allés prier avec lui. Il ne se levait plus, mais il accompagnait, avec conviction, autant que ses forces lui permettaient, les mots et les phrases du chapelet. Auprès de lui, ses trois enfants, l’aînée venant d’Amérique du Sud, le fils de Belgique, et la dernière de Lyon, ont été très émus, et heureux, de la présence de notre groupe à ses côtés. Sa vie de prière l’a apaisé jusqu’à ses derniers jours, et transparaissait sur son visage calme et détendu. Il s’est endormi dans la Paix.
Merci, Jean Pierre, pour le cadeau de ta présence : nos frères et sœurs se souviennent que tu parlais de l’Esprit-Saint comme d’une évidence, que tu citais avec aisance aussi bien saint Augustin que sainte Thérèse d’Avila, que tu pratiquais l’oraison comme une source quotidienne à laquelle on vient s’abreuver chaque matin. Que le Seigneur t’accueille comme l’un de ses serviteurs fidèles !
Notre Dame de l’Alliance, nous te confions l’âme de l’un de tes fils, Jean Pierre, notre frère.
Thérèse (Lyon) – RHONE-ALPES

Ce dimanche 14 septembre, une douzaine de frères et de sœurs étaient réunis près de La Mure, en Isère, pour une journée d’amitié, de partage et de fraternité.

JA-RA-adf314Nous nous étions donné rendez-vous à l’église de ce bourg pour la messe dominicale. Ce 14 septembre, comme chaque année, l’Eglise fête la Croix glorieuse. Le prêtre qui célébrait semblait avoir été inspiré spécialement pour nous.

Il parlait de toutes ces croix que nous avons dans notre vie. De cette croix, instrument de torture et « scandale pour les Juifs, folie pour les païens ».

Et puis il a parlé de la joie de la Résurrection à laquelle nous étions tous appelés ; joie d’éprouver la fidélité de Dieu à notre égard dans nos temps de désert et d’épreuve.

Cette célébration était le commencement d’une journée riche de rires, de partages, d’amitié et de fraternité. Chacun avait préparé avec amour un petit plat succulent : des entrées, des milieux, des sorties, le tout arrosé de... devinez quoi ? du Saint-Amour, gouleyant à souhait... Il y eut même une sœur qui avait apporté une bouteille de Sainte-Croix pour fêter son anniversaire...

Après un café bien mérité, une petite promenade s’imposait ; avec vue sur le lac du Sautet, le massif du Dévoluy, l’Obiou et aussi le début du parc des Ecrins.

Le soleil nous avait accompagnés toute cette journée comme la Nuée avait accompagné les Hébreux dans le désert. Cela nous rappelait le chant que nous avait fait reprendre le prêtre le matin : « je te dis que, si tu crois, tu verras la gloire de Dieu ».

Le lundi 20 janvier 2014, la pastorale des familles du diocèse de Lyon a rassemblé, à la crypte de la basilique de Fourvière, différents mouvements regroupant des personnes séparées ou divorcées, remariées ou non, ainsi que toute personne se trouvant dans l’une de ces situations.

rencontre-personnes-separees1Sur le thème « si je vous ai lavé les pieds, vous aussi lavez-vous les pieds les uns les autres » (Jean 13, 15), cette soirée était ainsiprésentée : « vivre un temps de pardon, de prière, de dialogue pastoral, de temps de la Parole, de gestes».