10. La juste conception du recours à la conscience

Jeanine : La conscience, c’est le sanctuaire intime où tout se décide. Mais le dérapage commence si on veut juger « selon sa conscience » sans tenir compte des règles morales. « Eclairer sa conscience », c’est intérioriser les exigences du Seigneur et de son Eglise. La conscience est juge et témoin, mais non pas la source du bien ou du mal.
Père Antoine-Marie : L’homme est responsable de la formation de sa conscience avant d’être responsable devant sa conscience.