Imprimer
Catégorie : Enseignements

misericorde-et-veriteComme il en a pris l‘habitude, le mouvement Miséricorde et Vérité (1) donnait rendez-vous le 12 novembre dernier à ses adhérents et sympathisants au Foyer deCharité « Les Sources » à Combs-la-Ville.

 

Certains d’entre nous avaient devancé le rendez-vous et se sontretrouvés dès le dimanche soir autour du dîner. Les échanges furentdes plus amicaux et instructifs.

 

Le lundi matin c’est presque soixante personnes qui se trouvèrent réunis dans la bien nommée « salle de la parole » pour entendre les 2 intervenants de la journée : Thierry Veyron la Croix et le Père OlivierBonnewijn que certains d’entre nous ont pu apprécier lors du Conseil de décembre2011. thierry-veyron-la-croixLe thème retenu pour cette journée est « l’attention à porter aux enfants deparents divorcés »

Thierry Veyron la Croix est médiateur familial à Lyon après avoir étéconseiller conjugal ainsi que son épouse Frédérique. Le médiateur familial rencontre des couples séparés ou divorcés en conflit sur des sujets concernant l’enfant, sa garde ou son éducation…

Les personnes viennent suite à une recommandation du juge aux affaires familiales (J.A.F.)

Les 4 principes de la médiation :

1. la neutralité qui crée les conditions pour un dialogue favorable à l’expression des enfants et des parents.

2. L’impartialité qui équilibre le dialogue entre les différentes personnes sans prendre parti. Cela permet aussi aux parents de se décentrer pour s’ouvrir au dialogue.

3. L’indépendance qui donne une liberté d’action par rapport aux J.A.F

4. La confidentialité par laquelle le médiateur ne rendra pas compte par exempleaux J.A.F de la présence ou non des personnes convoquées.orage

95% des affaires de médiation concernent des relations parents ? enfants, et 5% des relations parents ? grands-parents (situation de plus en plus courante). Il peut y avoir aussi le problème des fratries dans le cas de la décision de placement des parents.

L’esprit de médiation, encore peu ancré dans notre société, s’implante petit à petit.

Comment se prépare et se passe une médiation familiale ?
- Les parents sont invités à lister les points à aborder
- Lors du premier entretien, cette liste est examinée
- Les enfants peuvent être reçus lors de ces entretiens.

Le médiateur n’est pas un psychologue ni un pédopsychiatre.

Paroles d’enfants

Les effets de la séparation sur l’enfant

Angoisse affective : suis-je encore aimé et donc aimable ? ? risque de problème de relation affective à l’âge adulte, le médiateur aura une parole rassurante pour l’enfant.

Fantasme de l’abandon : qui va s’occuper de moi ? Qui va me donner à manger ?
Un parent quitte l’autre et pourquoi pas aussi l’enfant ? ? L’annonce de la séparation va induire ce sentiment d’abandon chez l’enfant.

Conflit de loyauté : être loyal avec chacun des parents ? l’enfant raconte son bon week-end chez papa, ce qui met mamanen colère. ? les parents n’arrivent pas à se mettre d’accord sur la garde principale et se défaussent sur l’enfant en le laissant choisir. Si les parents ne prennent pas leur responsabilité la médiation peut s’arrêter.

Il faut redonner à l’enfant sa place réelle et non le considérer comme un adulte. Dans ce cas, l’enfant peut aussi chercher à protéger l’un de ses parents qui peut être plus fragile. ? Il faut déterminer ce qui est de la responsabilité des parents et non de l’enfant.

L’écoute de l’enfant permet souvent d’apaiser le conflit avec ses parents et de le distinguer du conflit conjugal.zoe

Culpabilité : L’enfant a le sentiment qu’il est responsable de la situation et capable de la résoudre en agissant de manière que la cellule familiale soit recréée autour de lui. ? Il faut lui donner les moyens de revenir à sa place d’enfant et non d’adulte. L’enfant peut déprimer ou exploiter les failles de ses parents. L’enfant risque d’être instrumentalisé à des fins de vengeance et obligéde choisir son camp ; on peut parler alors d’aliénation parentale.

Comment aider l’enfant ?

Quelle représentation l’enfant se fait-il de sa famille ?  expression par le dessin. Oter à l’enfant l’illusion qu’il peut faire en sorte que ses parents revivent ensemble. Aider l’enfant à parler de la situation avec ses parents. Suggérer un accompagnement psychologique de l’enfant. Dégager l’enfant de la projection que les parents font sur lui. Parler de la situation à l’enfant « Les parents de Zoé divorcent » petit livre pédagogique à lire avecl’enfant, et qui permet d’entamer le dialogue. Le bien être des parents va engendrer le bien être de l’enfant. La séparation des parents est toujours une déchirure pour l’enfant son monde s’effondre, ce qui engendre un sentiment d’insécurité : « mes parents m’ont divorcé »

CONCLUSION

Le médiateur chrétien décide d’aimer les personnes reçues quellesqu’elles soient en voulant leur bien, en prenant le temps de les écouter avec lucidité et demande de prier pour ces familles avec la prière de Saint François.

Après l’Eucharistie et le repas, l’Assemblée Générale de l’Association a été avancée en début d’après- midi. Ceci nous a permis d’entendre ce que vit l’Association avec les témoignages de plusieurs acteurs de terrain engagés dans l’accompagnement des personnes divorcées seules ou remariées. Il serait trop long de relater ce qui a été dit mais il ressort une grande volonté d’écouter la souffrance de ces personnes, de les aider à discerner leur chemin de vie.

olivier-bonnewijnEnfin le père Olivier Bonnewijn nous a entretenus sur ce même sujet des enfants dans la tourmente du divorce. Tout au long de son intervention le père Bonnewijn s’est largement appuyé sur son livre « Parents aux lendemains du divorce » aux éditions de l’Emmanuel.

Quelques titres de chapitres à retrouver plus détaillés dans son livre :

Après ces remarquables exposés, nos deux intervenants, dont les points de vue sont très proches sur le comportement à avoir avec un enfant confronté à la séparation ou au divorce de ses parents, ont répondu aux questions des personnes présentes.

anneaux-separation

C’est ainsi que furent évoqués :

Depuis plusieurs années des membres de la Communion participent à cette journée de réflexion sur les conséquences du divorce dans les familles. Au fil du temps des liens se sont tissés entre les 2 mouvements, Miséricorde et Vérité et la Communion Notre Dame de l’Alliance. Si nous avons une approche différente vis-à-vis des personnes en situation de divorce, nous nous rejoignons sur beaucoup de points et en particulier la fidélité à l’enseignement de l’Église et donc au Christ.

(1) Soutien pastoral aux fidèles divorcés engagés ou non dans une nouvelle union.