Témoignages

Le 10 septembre 2006 à 3H00 du matin, ma femme et moi sommes réveillés par un médecin ami qui nous annonce la mort de notre fils Martin. Il faisait du stop sur une route et une voiture l’a fauché.

Cette terrible nouvelle provoqua un chaos « généralisé ». C’est une véritable catastrophe pour un couple. Ma femme et moi, avons pataugé pour vivre ce deuil auquel nous ne nous étions pas du tout préparés. Et nous l’avons vécu de manière très différente elle et moi. Je nous voyais chacun sur une île différente et je voyais ces îles se séparer l’une de l’autre sans que je ne puisse rien y faire.

Sommes-nous un mouvement de personnes séparées, divorcées ou mariées ? C’est très différent, je dirais même que c’est là toute la différence. L’an dernier, lors d’une fête des Familles organisée par le diocèse à la cathédrale de Nivelles (en Belgique), les mouvements de la pastorale de la famille étaient invités à tenir un stand. Les organisateurs avaient placé la Communion parmi d’autres mouvements de personnes mariées ! Ils avaient saisi ce que nous vivions.

Mouvement-personnes-mariesMariés, nous le sommes. C’est cette réalité qui fonde notre identité première. Séparés, nous le sommes aussi, triste épreuve qui a pour beaucoup remis en question notre identité de personne mariée, parfois au point de l’écraser. Il nous a fallu, avec le Christ, vivre la passion de la séparation et la traverser pour renaître, transfiguré par le Christ, à la gloire du mariage.

Notre-Dame-LausDans le courant du mois de mars 2013, une boule a poussé sur le côté de mon mollet droit. Début juillet, je suis allé faire une échographie et voilà les conclusions (écrites) du médecin échographe : « Une formation nodulaire s’étendant sur 35mm de hauteur environ, 10x15mm de diamètres axiaux moyens... Leur échostructure peut s’apparenter à des formations ganglionnaires sans caractère inflammatoire, mais également à des formations d’autres natures, fibromes, histiocytome... De ce fait, l’indication d’exérèse de sécurité me semble licite. »

Les vacances arrivant, j’ai repoussé l’opération à la rentrée.

Vers la fin juillet, j’ai pensé à Notre-Dame du Laus où nous allions faire notre retraite annuelle. Je l’ai donc priée en faisant une onction d’huile sur ma boule au mollet. Lors de notre retraite (du 19 au 24 août), je suis allé à l’oratoire de Benoite (la voyante) rappeler ma prière.