Témoignages

Notre-Dame-LausDans le courant du mois de mars 2013, une boule a poussé sur le côté de mon mollet droit. Début juillet, je suis allé faire une échographie et voilà les conclusions (écrites) du médecin échographe : « Une formation nodulaire s’étendant sur 35mm de hauteur environ, 10x15mm de diamètres axiaux moyens... Leur échostructure peut s’apparenter à des formations ganglionnaires sans caractère inflammatoire, mais également à des formations d’autres natures, fibromes, histiocytome... De ce fait, l’indication d’exérèse de sécurité me semble licite. »

Les vacances arrivant, j’ai repoussé l’opération à la rentrée.

Vers la fin juillet, j’ai pensé à Notre-Dame du Laus où nous allions faire notre retraite annuelle. Je l’ai donc priée en faisant une onction d’huile sur ma boule au mollet. Lors de notre retraite (du 19 au 24 août), je suis allé à l’oratoire de Benoite (la voyante) rappeler ma prière. 

LAUS-et-JUBILATIO1LAUS et JUBILATIO

Parmi les six apparitions mariales en France reconnues par l'Église, celles du Laus détiennent le record de longévité car elles ont duré cinquante-quatre ans ! Son officialisation ne datant que de 2008, le lieu et sa spiritualité ne sont pas encore très connus… 

Benoîte Rencurel a vu la Vierge à 400 reprises et a bénéficié de 500 manifestations angéliques… Saint Joseph est apparu par six fois à la bergère et le Christ cinq fois !

temoignage-130900-1Je me suis retrouvée seule à trente et un ans avec deux enfants à charge (huit et neuf ans). Sans aide financière, car séparée de fait, avec mon mari souvent sans travail ou ayant peu de revenus. Pas de réponse aux cartes de fêtes, aux bulletins scolaires, etc. C'est dur. Une ou deux fois l'an, une visite d'un ou deux jours, et c'est tout. Nous recevions mon mari de notre mieux, les enfants ayant accepté (à contrecoeur) ce papa vivant loin d'eux. Ils le cajolaient cependant, ayant appris, avec la grâce de Dieu, à aimer sans juger.

Ainsi allèrent les années, avec le désir de garder fidèlement l’âge du bonheur enfui. Mais la séparation de corps étant venue assez vite, vint aussi la prise de conscience d'un non-retour. A ce moment, parce que j'étais plus vulnérable, ou peut-être parce que l'amour s'était estompé, voici qu'un autre homme entra dans ma vie. Ce fut rapide, inattendu, déroutant.

Il me proposait le mariage, le confort, la tendresse. C'était un homme décidé qui, contrairement à mon mari, avait la foi, pouvait partager avec moi une dimension spirituelle. Il était ouvert et acceptait mes enfants. Lui-même était divorcé, mais ne se posait aucun problème quant à sa pratique religieuse.