Index de l'article

Réfléchir sur le sens de la parole donnée (Albert-Louisette)louisettealbert
En amour comme en amitié, donner sa parole ce n'est pas signer un contrat d'affaires, c'est engager toute sa personne. Deux époux s'impliquent corps et âme : moi-même et celui à qui je donne ma promesse de l'aimer toujours comme unique et irremplaçable. Si je reprends ma parole, je blesse profondément celui qui a confiance en moi, je le jette hors de ma vie, je le renie. Mais je me blesse aussi moi-même : en reprenant ma parole, je me morcelle, je me disperse et me désintègre. Je me renie moi-même.
Réfléchir aux enjeux de la parole donnée n'est pas réservé aux chrétiens. C'est une question cruciale pour tout éducateur, surtout à notre époque du zapping et du jetable.
Mais donner sa parole devant Dieu, c'est entrer dans une autre dimension : c’est lui demander d'être partie prenante, c'est lui confier le lien. Et lui, il ne reprendra pas sa parole car il ne peut se renier lui-même (selon 2 Timothée 2, 13)
Il faut veiller à protéger son couple par l'attention dans ses engagements. On ne doit pas faire n'importe quoi, c'est fragile un couple. Il faut aimer, c’est-à-dire donner et non prendre ou reprendre. Il est essentiel de réfléchir sur le sens de l’amour (amour sentiment -fragile et fluctuant- et amour volonté de durer), sur les étapes de croissance et les difficultés inévitables dans la vie d'un couple. Une réflexion à mener par exemple à partir de témoignages d'époux ayant surmonté épreuves et tentations et gagné en vrai bonheur.