accolade11 septembre 2011. Je suis à Mérignac chez une de mes filles pour quelques jours. Ce dimanche, c’est le jour de mes 40 ans de mariage avec Anne-Marie. Certains de mes enfants ont quelques difficultés à comprendre que je souhaite célébrer cet anniversaire, mais peu importe, tout se passera dans l’intimité de mon cœur à cœur avec le Seigneur.

Le matin même, j’ai reçu quelques SMS de frères et sœurs de la Communion et cela réconforte vraiment.
Je vais donc à la messe de 9h30 et l’évangile du jour Mt 18, 21-35 me paraît tout indiqué : nous sommes tous des débiteurs insolvables. Tout ce que j’ai reçu depuis des années, tout est grâce.
Vient le moment de la communion. Anne-Marie est bien présente dans mon cœur. Je m’avance dans la file. Juste devant moi, deux personnes s’approchent du prêtre bras croisés et reçoivent chacun une bénédiction. Je devine tout de suite qu’il s’agit très vraisemblablement de divorcés remariés, et dans mon action de grâce je m’unis à ce frère et à cette sœur qui communient spirituellement.
La messe se termine. Si j’osais, j’irais bien les voir. Je réfléchis et j’ose. La femme est déjà partie, reste l’homme. Je m’approche et l’aborde :  «  Vous êtes divorcé remarié ? »
Il me regarde visiblement surpris : «  Oui »
«  Eh bien, je vous remercie pour le très beau témoignage de fidélité à la parole de Jésus et à l’enseignement de l’Eglise que vous donnez humblement et simplement. Je suis moi-même divorcé. J’ai choisi un chemin différent du vôtre et aujourd’hui je fête mes 40 ans de mariage. Pendant mon action de grâce, j’étais vraiment en union de prière avec vous deux. »
Nous échangeons deux ou trois autres phrases, et je m’apprête à lui dire au revoir. A ce moment, ce monsieur, que je ne connaissais pas du tout une heure avant, me prend par les épaules et m’embrasse.
Imaginez mon émotion ! Avant de le quitter, je lui dis : «  Vraiment, nous sommes frères en Jésus-Christ ».
Cet entretien m’a bouleversé et je rends grâce pour les rencontres, les enseignements reçus du Père Jacques Nourissat (que les plus anciens d’entre nous ont connu) et du Père Gérard Berliet, présent à Lourdes en 2008. Oui vraiment,  nous avons des frères, des sœurs divorcés et remariés. Leur chemin n’est pas simple, mais à eux aussi il est proposé de rencontrer en vérité un Jésus plein de tendresse et de miséricorde.
Je ne suis pas prêt d’oublier cet anniversaire de mariage.
Qu’il est bon le Bon Dieu !