Index de l'article

Pardonner au conjoint qui m’a trahie et fait souffrir ? Humainement cela me semblait impossible ! Et pourtant Jésus nous demande de faire le premier pas, de pardonner en son nom... Puis, jour après jour, grâce aux prières et aux souffrances offertes des membres de la Communion, sous le regard de notre maman Marie, ce pardon a grandi. Il a été échangé le 15 août 1990.
Depuis, non pas que mes blessures aient complètement disparu mais elles sont bien atténuées par ce chemin de guérison. Je peux affirmer que c’est avec une grande sérénité que se sont écoulées ces vingt dernières années et que j’aborde maintenant dans la paix les dernières de ma vie terrestre, entourée par l’affection de ma petite famille.
Même si la fatigue et l’arthrose m’empêchent de participer aux rencontres de mon groupe à Reims, mes frères et sœurs ne m’oublient jamais. Je reçois chaque fois le compte-rendu du weekend et lors de la retraite, chaque année, c’est une belle carte avec leurs gentils petits mots qui réjouissent mon cœur.