Imprimer

Sommes-nous un mouvement de personnes séparées, divorcées ou mariées ? C’est très différent, je dirais même que c’est là toute la différence. L’an dernier, lors d’une fête des Familles organisée par le diocèse à la cathédrale de Nivelles (en Belgique), les mouvements de la pastorale de la famille étaient invités à tenir un stand. Les organisateurs avaient placé la Communion parmi d’autres mouvements de personnes mariées ! Ils avaient saisi ce que nous vivions.

Mouvement-personnes-mariesMariés, nous le sommes. C’est cette réalité qui fonde notre identité première. Séparés, nous le sommes aussi, triste épreuve qui a pour beaucoup remis en question notre identité de personne mariée, parfois au point de l’écraser. Il nous a fallu, avec le Christ, vivre la passion de la séparation et la traverser pour renaître, transfiguré par le Christ, à la gloire du mariage.

Le Malin au contraire veut nous abaisser, nous faire perdre notre dignité, nous réduire à la séparation ou au divorce civil, à une situation d’échec, de honte et de repli sur soi. Combien de fois n’entend-on pas dire que la séparation est un échec ? Cela manque totalement d’espérance. Dans la mesure où nous nous identifions comme des personnes mariées, la séparation nous apparaît plutôt comme une épreuve.

Mais comment comprendre cette réalité en dehors de la foi ? En effet, pour le monde, on ne peut être marié et vivre seul. C’est un chemin spirituel avant tout car, si la foi élargit notre horizon, l’enjeu véritable devient clair : le salut de notre âme et de celle de notre conjoint. La Communion est là pour aider les frères et sœurs à progresser sur ce chemin et à grandir dans la foi, l’espérance et la charité.

Ce chemin, chacun le fait à son rythme, sans forcer ni brûler des étapes. Il est essentiel de respecter ce rythme propre à chacun.

En cultivant la charité fraternelle, nous pouvons nous aider les uns les autres à progresser sur ce chemin. Veillons aussi à intégrer un vocabulaire clair et précis qui correspond à notre identité. Nous y travaillerons ensemble. Pour la plus grande gloire de Dieu.

Martin, co-modérateur