Imprimer

Témoignage de Chantal, à la fin de son mandat de modératrice

Chantal Fronteau« Tu as changé mon deuil en une danse, mes habits funèbres en parure de joie ». Ces mots du psaume 29, chers frères et soeurs, il n’est pas un jour où je ne pourrais les chanter. Et c’est en grande partie à votre affection fraternelle que je le dois. Vos remerciements me sont allés droit au cœur mais ne se sont pas arrêtés là : j’en ai fait un bouquet que j’offre à chaque instant au Seigneur par les mains de Marie, Notre-Dame de l’Alliance.

Toute tremblante, j’étais entrée dans cette aventure qui me semblait mille fois trop grande pour moi et c’est remplie d’émerveillement que je sors de ces cinq années couronnées par le Jubilé de Lourdes.

Emerveillement devant l’abondance de grâces qui m’a précédée dans tous les domaines – même les plus banals et matériels – où le Seigneur a voulu avoir besoin de mon aide. Cela n’a pas toujours été facile, il y a eu des difficultés qui m’ont paru parfois insurmontables : remises dans la prière à chaque fois, une solution, un apaisement ont été trouvés.

Joie de découvrir en vous voyant cheminer jour après jour que nous ne sommes pas « que » des séparés ou des divorcés avec la honte au front et la tristesse sur le visage, mais que nous sommes unis à nos époux (ses) dans le coeur de Dieu pour toujours.

Joie de pouvoir témoigner de la miséricorde du Seigneur envers les pauvres pécheurs que nous sommes. A vous qui vous débattez encore dans les souffrances de la séparation, j’ose dire avec force : criez votre peine au Seigneur, soyez confiants, remettez-lui tout, persévérez dans la prière, «demandez et vous recevrez ; ainsi vous serez comblés de joie» (Jn 16, 24).

Joie de me savoir follement aimée par Dieu lui-même malgré mes manquements, mes faiblesses et sans aucun mérite de ma part.

Joie de pouvoir aimer à nouveau en vérité et jusqu’au bout.

Joie de savoir mon désir d’être fidèle enraciné dans la fidélité indéfectible de Dieu.

Les paroles d’un ancien cantique me montent aux lèvres : « Ô Seigneur, comment reconnaître les bienfaits dont tu m’as comblée, chaque jour je célèbrerai tes grandeurs, alléluia ! »