Index de l'article

Ce temps ensemble est une vraie vie de famille. On a tous le même désir de s’aimer en profondeur. Personne n’est en trop, chacun est accueilli avec sa personnalité, ses qualités et ses défauts. On sent d’emblée une vraie confiance les uns dans les autres. La bienveillance devient le premier mouvement.
J’ai compris combien la vie fraternelle exige un grand respect de l’autre. On peut se dire les choses en vérité, mieux peut-être que dans nos propres familles, mais attention, sans blesser. Il faut être vigilant. Les paroles que l’on dit peuvent retentir chez l’autre d’une façon différente. Elles peuvent faire mal.
S’aimer en vérité nous apprend l’humilité. Je ne prétends pas avoir raison ou faire gagner mon point de vue. Je suis ouvert et accueillant à ce que l’autre exprime. J’essaie d’entrer dans sa pensée, de comprendre ses motivations, son ressenti.
Personne ne détient la vérité. La Vérité, c’est Celui qui nous unit. C’est le Christ. Garder Jésus au milieu de nous, c’est le rempart contre toute dérive. Prier ensemble, méditer la Parole du jour, c’est l’assurance de sauvegarder la paix entre nous. Sans ce recours, le groupe risquerait bien souvent l’implosion ou l’explosion. On ne va pas se coucher sans avoir fait le point et tout remis au Seigneur.
A la fin de ces quatre jours intenses de vie fraternelle et spirituelle, cette hymne de Pentecôte a éveillé en nous un vibrant écho :
« Retournez-vous, voici l’Esprit du Seigneur !
Hébergez-le, vous renaîtrez
Car Dieu travaille au plus secret.
Sa lumière luit aux ténèbres.
Ouvrez la fente de vos cœurs
Et voyez celle du Seigneur, l’arbre de vie.
Rapprochez-les, restez greffés… »
Et nous nous sommes rappelés avec émotion, mais sans étonnement, que les premiers accueillis, réunis autour d’Anne-Marie, notre fondatrice, aimaient déjà prier avec cette hymne. Un lien de plus avec nos origines à l’ombre de cette abbaye de Timadeuc qui fut et demeure le berceau de la Communion Notre-Dame de l’Alliance.