Imprimer
Catégorie : en Belgique
Affichages : 3141

ab2010-siloe1-8Les 18, 19 et 20 novembre, le père Alain Bandelier est parti en tournée en Belgique pour donner trois conférences  sur son livre : « Le mariage chrétien à l’épreuve du divorce », et rencontrer les médias catholiques. Partons en voyage avec lui.

Arrivée à Lille le 18. Un ange l’attendait pour l’amener à la librairie Siloé à Tournai. Grâce à l’implication du père Christophe, notre conseiller spirituel, issu du diocèse de Tournai, les portes s’étaient ouvertes devant nous. Même l’évêque du lieu avait annoncé sa présence. Il a dû en dernière minute se faire représenter par son vicaire, mais le signal était clair. Quarante personnes (dont trois sœurs du groupe Flandre-Artois, merci !) ont  assisté avec attention à la conférence. Et le temps de questions a été paisible. C’était une façon encourageante de démarrer notre périple.

ab2010_bistrottournai-8Le 18 étant le jour de l’anniversaire du père Christophe, nous sommes allés au bistrot après la conférence pour boire une bière à sa santé. Et ensuite nous avons mangé un bon paquet de frites ! Noblesse oblige ! Il fallait que ce périple belge reste gravé dans la chair du père Alain !

Le lendemain, rendez-vous avec les médias. Plusieurs portes se sont ouvertes, merci Seigneur. Le matin, une interview de père Alain à RCF (radio), suivie d’une interview filmée à la RTCB (télévision). L’après-midi un entretien avec un journaliste du journal « Dimanche », dont l’enregistrement sera diffusé par la RTCB (radio). Tous les journalistes étaient bienveillants. Le père Delhez, rédacteur en chef du journal Dimanche, a même offert à père Alain son dernier livre. Comme c’était la première fois que je rencontrais la RTCB, ce fut aussi l’occasion pour moi de leur parler de la Communion. Merci Esprit-Saint.

ab2010_fritestournai2-8Le soir chez les Bénédictines à Liège, eucharistie entre nous, en intimité, et repas surprise avant la conférence. La salle est superbe mais elle est restée quasiment vide. Quatre personnes sont venues : une récemment séparée et deux diacres de la pastorale familiale dont un accompagné de son épouse. Au lieu d’une conférence, nous avons eu un partage en vérité, qui, nous l’espérons, donnera du fruit, car la pastorale familiale de ce diocèse ne nous porte pas dans son cœur. Abandonnons humblement cela au Seigneur.
Le lendemain à 11h, nouvelle eucharistie en intimité dans ma paroisse, avec quelques amis fidèles que j’avais invités. Quel privilège ! L’après-midi, à la librairie catholique de Bruxelles, dernière conférence, en présence d’une vingtaine de personnes. Après l’allocution du père Alain, les questions ont fusé, parfois avec une certaine animosité. « L’Eglise est trop dure, rétrograde, elle devrait évoluer… » Il en faut plus pour démonter père Alain !
Merci, père, pour ce petit livre rouge. Merci d’être venu jusqu’à nous pour en parler et pour annoncer la bonne nouvelle du mariage à un monde qui en a tant besoin.