Imprimer
Catégorie : en Belgique
Affichages : 6512

Depuis notre participation bilingue à Bruxelles-Toussaint 2006, j'ai toujours gardé le désir dans mon cœur d'organiser un jour ou l'autre une récollection ouverte en néerlandais (ma langue maternelle), aussi bien pour les Flamands (= les personnes néerlandophones de Belgique) que pour les Hollandais (des Pays-Bas). Les temps n'étaient pas mûrs...
(note : le flamand est la même langue que le néerlandais. Il y a une différence d'accent et de vocabulaire qu'on pourrait comparer à la différence entre l'anglais (de la Grande-Bretagne) et l'américain (des États-Unis): on se comprend sans problème).

En plus,  cette arepas à bonheidennnée, nous fêtons le jubilé des 25 ans de la Communion en Belgique : c'était pour nous une occasion supplémentaire à saisir pour relancer le projet d'une récollection en région néerlandophone. Ce père, ayant des liens proches avec le Foyer de Charité de Bonheiden, notre choix du lieu était vite fait.
(note : il existe deux Foyers en Belgique: un dans la région Flandre (=néerlandophone) à Bonheiden proche de Malines, et l'autre dans la région Wallonie (=francophone) à Spa-Nivezé où aura lieu notre réco ouverte pour couples mariés et fiancés avec Mgr. Léonard à Toussaint 2009).

Après avoir invité avec tous les moyens possibles, aussi bien les Flamands que les Hollandais,  je ne cache pas que une semaine avant la réco, j'étais déçue du petit nombre de réactions... Peut-être fallait-il même annuler la rencontre?... Non! Il paraît en effet que l'Esprit Saint agit "à midi moins une" (comme me disait Louisette) et voilà que nous nous retrouvions le samedi matin le 21 février au Foyer de Charité de Bonheiden avec 10 participants et le père Jan: parmi eux deux personnes des Pays-Bas - voilà le caractère "international" de cette réco!


Qu'est-ce que ces personnes attendent? Le premier tour de table permet de s'exprimer sur sa situation personnelle, son chemin, ses souffrances, sa raison de participer, ses attentes de ce WE... Très vite il est clair que l'auditoire est bien varié: il y en a qui n'ont jamais fait aucune retraite ou récollection et d'autres ont déjà parcouru tout un chemin de guérison intérieure et de croissance spirituelle... Ce qui nous unit, c'est que chacun se retrouve  seul après son divorce – la plupart depuis des années - et qu'au moins il est en recherche d' "un chemin possible" avec le Christ, comme l’indiquait le message d’annonce.

Après le premier enseignement du père Jan, on entre dans un silence remarquable! Je dois avouer que je n'ai pas expérimenté cela auparavant: aucune personne n’avait envie de rompre ce silence presque surnaturel, même à table.  Est-ce vrai que les gens "du nord" sont moins bavards (ou plus intériorisées?) que ceux "du midi"?... Quoi qu'il en soit,  le silence était exemplaire et magnifique, et l'Esprit Saint a eu tout occasion de laisser "décanter" tout doucement tout ce qu'on avait entendu...


L'après-midi, "l'interview" par le père Jan de Martin et de moi-même permet à l’assemblée de découvrir comment "ce chemin possible " d'amour et de vérité peut être "personnel": c'est vrai que le Seigneur se révèle différemment à chacun, et s'adapte à notre sensibilité profonde.

Après le goûter le père Alain Bandelier se joint discrètement à nous, ainsi que notre propre conseiller spirituel du groupe belge: l'abbé Christophe Cossement. N'étant pas bilingue, il n'a pas pu participer en néerlandais, mais sa présence sympathique nous a fait chaud au cœur et il a concélébré l'Eucharistie avec le père Jan.

Le soir après l'adoration, pendant la prière de bénédiction et de guérison, le père Jan nous a bénis chacun personnellement avec le Saint Sacrement et il nous a oint les mains et le front avec une huile issue d'une icône bénite.

Le dimanche le père Alain a concélébré l'Eucharistie. L'Esprit Saint nous avait envoyé un participant organiste et chantre de chants grégoriens (en latin évidemment) qui a pu manifester ses talents lors de cette Eucharistie, ce qui en plus a pourvu au fait que le père Alain ne pouvait pas s’exprimer en flamand.

L'après-midi il a pu assister au partage final (avec traduction simultanée privée) et on a pu constater que l'Esprit Saint avait été bien à l'œuvre pendant toute la réco, mais surtout à ce moment très riche où plusieurs personnes ont pu exprimer ce qu'elles avaient reçu  comme lumière, encouragement et consolation pour ce chemin possible de séparés fidèles, qu'elles venaient de découvrir...

On n'a pas fixé une prochaine rencontre, mais j'ai bien entendu le désir de plusieurs de rester en contact... Une petite graine pleine de promesse vient de germer. On va la confier à l'Esprit pour qu'Il la fasse s’enraciner et porter du fruit au moment voulu...

Jeanine Gilis - Kontich (Belgique)