Imprimer

alliancesNon, l’indissolubilité du mariage n’est pas une règle imposée par l’Église, elle n’est pas non plus une simple tradition culturelle. Elle est inscrite dans le don que les époux font d’eux-mêmes...

Sans ce caractère irrévocable de la donation ils ne feraient que se prêter. Le cœur épris le sait bien. « Ne me quitte pas » n’est pas seulement la chanson d’un poète ; c’est la prière secrète de quiconque donne sa foi. Plus encore que cette prière, il y a dans l’amour nuptial cette promesse : « jamais je ne t’oublierai. » Ainsi s’épousent-ils. Pour le meilleur et pour le pire.

Les épousés sont donc inséparables. Pourtant il arrive qu’ils se séparent. Parfois à la suite d’un éloignement progressif, dont ils ne se sont même pas rendu compte, d’autres fois à cause d’une situation fausse qui s’est instaurée de façon irrémédiable, ou encore à l’occasion d’une cassure brutale. Que reste-t-il, quand il ne reste plus rien ? L’appel demeure. Tu es responsable de ce que tu as apprivoisé, dit le renard au petit Prince. L’autre peut partir à l’autre bout du monde, de ton monde, être très loin géographiquement, psychologiquement, spirituellement, il ne sera jamais dans un lieu totalement étranger ou inaccessible à l’amour miséricordieux du cœur du Christ. Et donc du tien, si tu communies un tant soit peu à l’amour du Seigneur.

Et le don, est-ce qu’il demeure ? L’autre, dont tu dis peut-être qu’il n’est pas un cadeau, est-il encore un don de Dieu ? Ou Dieu se repent-il de ses dons ? Osons cet acte de foi : les dons et l’appel de Dieu sont sans repentance (Ro 11,29).