Editorial

Edito ADF 348

Comme chaque année, voici, avec la rentrée de septembre, notre numéro de l'Anneau de Feu consacré à la retraite d'été. Et vous verrez à chaque page éclater l'action de grâce des frères et sœurs pour ce temps béni passé à Notre-Dame du Laus du 3 au 8 août. Une semaine qui, de l'avis de tous, fut un temps de ressourcement et de paix, tout confié à Notre-Dame, en ce sanctuaire où elle est apparue à Benoîte Rencurel pendant cinquante-quatre ans, de 1664 à 1718, et où nous fûmes si bien accueillis par le recteur, le père Ludovic Frère, et par les équipes de l'hôtellerie pilotées par Frédéric Lévêque. 

Grande grâce de bénéficier de l'enseignement aussi lumineux que bienveillant du cardinal Barbarin, lequel a su si bien remettre notre chemin de fidélité, de pardon et d'espérance sur les traces du Oui de Jésus et du Oui de Marie. Comme l'a écrit avec tant de justesse l'un d'entre nous dans les actions de grâce : " Glissons notre petit OUI dans le OUI de Jésus et de Marie. Il deviendra un grand OUI qui nous dépasse. C'est la grâce !" Jusqu'à son homélie de la messe du ROC, Mgr Barbarin nous a ouvert à l'intelligence des Ecritures pour retrouver le sens de notre OUI, notre OUI devenu notre ROC. Les frères et sœurs qui étaient présents sont repartis ressourcés par ces paroles fortes et consolatrices, qui nous invitent à la joie du témoignage, comme en conclusion magistrale de notre thème d'année : "Disciples du Christ, de la foi à l'audace du témoignage". 

Il fut question de Miséricorde, de Sa Miséricorde qui s'étend d'âge en âge, depuis la révélation à Moïse sur le Mont Sinaï et qui rejoint chacun et chacune, où qu'il se trouve, sur son pèlerinage terrestre. La Miséricorde faite chair en Jésus Christ, jusqu'à ses dernières paroles sur la Croix, envers le Bon Larron. La Miséricorde qui est le nom-même de Dieu, dans la tradition juive : "Son Nom est Miséricorde !" C'est avec cette Miséricorde dans le cœur que nous sommes redescendus de ces belles montagnes du Laus, et que nous reprenons notre vie, non pas du monde mais dans le monde. 

A notre tour de rendre grâce pour ces moments vécus dans la paix et la consolation, et de vous souhaiter à tous de rester longtemps dans la joie de cette retraite, ou d'y goûter à travers les pages de ce numéro qui lui est consacré. 

Emmanuel et Marie