Imprimer

enseignement cs 347 1

Je ne connaissais pas la Communion Notre Dame de l’Alliance lorsque votre groupe Vendée-Poitou-Charentes m’a demandé d’animer la récollection organisée au Centre Spirituel de Chaillé-les-Marais, le 22 et 23 février dernier. Je ne regrette pas d’avoir dit Oui car j’ai eu beaucoup de joie et de bonheur à vivre ces deux jours avec le petit groupe des retraitants. Je voudrais vous dire un triple MERCI. 

Merci de m 'avoir invité à vous accompagner durant cette retraite spirituelle. Vous m'avez permis de découvrir votre mouvement qui réunit des hommes et des femmes engagés dans un mariage sacramentel et vivant seul à la suite d'une séparation ou d'un divorce civil. Comme tout le monde aujourd'hui, je connais des personnes en situation de divorce et de famille, séparée, recomposée, y compris dans ma famille. Comme beaucoup, j'avais entendu parler, ou connaissais quelques personnes séparées et demeurant seules, mais j'avoue que je n’étais pas allé plus loin dans ma réflexion sur cette situation et le sens d'un tel choix. 

Merci pour ce que vous êtes. Je l'ai découvert en préparant ces deux jours de retraite. J’ai commencé par lire le livre écrit sous la direction du père Alain Bandelier : "Séparés, divorcés, à cœur ouvert." J’ai été profondément bouleversé en lisant les témoignages de ceux qui comme vous, ont vécu une séparation conjugale conduisant au divorce, avec toutes les souffrances que cela entraîne, puis le choix de rester fidèles au sacrement de leur mariage. 

Merci d'avoir élargi mon regard et ouvert mes yeux sur ce que vous avez vécu et sur le choix que vous avez fait ; sur ce que vous êtes devenus après une longue traversée du désert et sur ce que vous êtes aujourd’hui. 

Vous avez changé mon regard sur ce problème de société où se multiplie le nombre de divorces et de familles recomposées. J'ai un regard nouveau sur les divorcés remariés, sur les personnes mariées, séparées et fidèles au sacrement de leur mariage. 

enseingement cs 347 2Comme beaucoup, je regardais ce problème en le réduisant à l'échec, sans même voir les souffrances qui se cachent derrière ces situations et sans voir d'autres chemins de reconstruction. 

Je rends grâce à Dieu pour ce que vous êtes et pour ce que vous nous apportez au sein de l’Eglise. J’ai la conviction que, non seulement vous avez toute votre place au sein de l’Eglise, mais que vous allez enrichir la pastorale de préparation au sacrement du mariage ainsi que la pastorale familiale. 

Abbé Jean-Yves Poulailleau,
prêtre coopérateur à Luçon