en Ile-de-France

20200807 073434Mon âme est dans ma vie la place de Ta joie 

Le lieu de Ta rencontre où jubile tout mon être. 

Tu es venu m'y prendre, m'y reconnaître, m'y baiser, 

Désormais je me glisse dans la louange des âges. 

 

Ô puissant ! qui es toute merveille 

Et m'invites en Ton nom, Ta gloire, Ta sainteté, 

Ô miséricorde d'hier et de demain 

Du premier au dernier jour, du premier souffle au dernier 'Amen', 

Ô force de nos vies ! qui viens dans nos fragilités Disperser nos illusions. 

 

Tu es venu me faire tomber de mon trône, Alléluia ! Me montrer le doux chemin de l'humilité, Alléluia ! 

Tu es venu m'apprendre la faim, Alléluia ! 

Me montrer l'odieuse impasse de mes richesses, Alléluia ! 

 

Et Tu T'es penché jusqu'à moi, Ton serviteur inutile, Ton peuple en exil, Ton enfant d'Israël. 

Tu T'es souvenu de Ton amour de toujours à jamais, des entrailles où Tu m’avais conçu. 

 

Tu as tenu toutes Tes promesses, Toi qui n'es que promesse 

Et accomplissement de Ta promesse sur tout homme, de toute race et de toute nation. 

 

Tu as jeté dans ma besace vide 

Toute la gloire de Ton nom 

Toi qui es Père des pères, Fils parmi les fils, et Esprit, Esprit Saint ! Pour chaque seconde de ma vie et pour les siècles des siècles 

Amen

Emmanuel - ILE-DE-FRANCE - POISSY 

Notre petit groupe, tel un bébé de six mois, continue de croître et d’embellir. Bien que trois nouvelles personnes se soient jointes à nous, nous n’étions que neuf mais cela nous a permis de suivre les offices et la messe avec la communauté des missionnaires spiritains âgés, hébergés au Centre spiritain. Quelle émotion nous a étreints lors de la consécration, quand la trentaine de prêtres, plus ou moins valides, ont concélébré de leur place, dans l’assemblée, en prononçant les paroles sacerdotales, le bras tendu vers l’autel…
Merci Seigneur : votre dessein bienveillant est notre chemin de sainteté !

Reco octobre2019 IleFranceNotre joie fut double car le Père Loïck Bélan nous a ouvert (presque) tous les trésors de la liturgie, de l’Eucharistie aux Heures, en passant par la Parole et la Communion… Du disciple à l’apôtre et de la liturgie à la Parole, nous devons écouter Dieu pour connaître sa volonté. Si la nourriture du disciple est la liturgie, celle de l’apôtre est la Parole.
En effet, Dieu tient parole mais c’est sa Parole qui nous tient en vie.

Le Christ assume le pire de notre humanité : la trahison (Il est « livré » !) Pour passer de celle-ci à la donation, et non à la vengeance, un retournement s’impose : « Il rendit grâce […] Il le rompit […] "Ceci est la coupe de mon sang, le sang de l’Alliance nouvelle et éternelle qui sera versé pour vous". » Jésus, homme, ne vit pas sa mort comme un orphelin, mais sous les yeux du Père... Depuis, nous sommes chargés de refaire cette action de grâce, de revivre la gratuité de l’Amour et de passer, nous aussi, de la trahison à la donation. Nous ne pouvons offrir que ce que le Seigneur nous a déjà donné…

Dans notre tempête, rendre grâce s’apparente à offrir les prémices des fruits de notre amour blessé : toutes les bonnes choses qui nous ont été données et vont nous permettre de rebondir… 

Bruno (Saint-Maur-des-Fossés) – Ile-de-France

1 Il faut avoir été blessé pour faire l’expérience de Dieu :
« Tu ne repousses pas, ô mon Dieu, un cœur brisé » (Ps 50, 19).
« Bienheureux les fêlés car ils font rayonner la Lumière ! » (citation adaptée de Michel Audiard)

Récollection découverte à Chevilly-Larue (Ile-de-France) 

« Merci Seigneur pour ce week-end de récollection !! 

RD ide de France 341 1bisCe que je sens au fond de mon cœur, depuis quelques années, s'est précisé davantage avec ces deux journées. Le chemin proposé par la Communion est le chemin de vérité, je le sens. Maintenant, c'est un chemin exigeant et je dois encore progresser, avec la grâce de Dieu, pour lever les barrières qui me retiennent encore pour renouveler, en confiance et en vérité le "oui" à ma femme Christelle. 

[...] Des questions me viennent aussi et je me rends compte depuis cette récollection de mes "lacunes théologiques" concernant le sacrement du mariage, même si la préparation de celui-ci a été un tournant capital dans ma vie spirituelle. Je réfléchis aussi à l'éventualité d'envoyer un mot doux et gentil à Christelle pour nos vingt ans de mariage. Cette récollection m'a marqué sur le plan spirituel. 

D'un côté plus pratique, j'ai particulièrement apprécié la fluidité et la variété de ces deux journées, ainsi que la qualité des supports remis, à la fois d'un point de vue matériel mais aussi spirituel. Merci à la Communion ! »

Luc 

« C'était la première fois que je rejoignais un groupe de divorcés catholique, et j'ai beaucoup apprécié de pouvoir faire cette halte, même si pour moi elle a été trop courte. Tout était parfait : accueil, horaire, lieu, enseignements du Père Sionneau, rencontre personnelle et promenade dans le parc ! 

Merci pour tous les témoignages entendus, préparés ou spontanés, et pour les différents échanges, autant d'occasions de poser nos fardeaux et de les partager. 

Je continue maintenant mon chemin sans oublier la Communion Notre-Dame de l'Alliance. 

Hélène 

L’alliance conclue avec vous lors du sacrement du mariage est toujours source de vie 

« C’est une joie profonde pour moi d’être au milieu de vous en ce jour de votre rencontre et de célébrer pour vous et avec vous l’Eucharistie. J’ai bien connu celle qui a initié votre charisme, Anne- Marie Le Marquer, et aussi Bernadette qui a été une de vos modératrices. 

Le prophète Isaïe, dans la Parole de Dieu de ce jour, nous invite à vivre un passage, un nouvel exode, une Pâque : « Ne faites plus mémoire des événements passés, ne songez plus aux choses d’autrefois, voici que je fais une chose nouvelle, elle germe déjà, ne la voyez-vous pas ? » 

Le Peuple de Dieu est en exil à Babylone, comme le souligne le psaume, ils ont semé dans les larmes, mais voici que se profile le retour vers Jérusalem. Ce retour, et c’est étonnant, le prophète Isaïe en parle avec les mots déjà employés dans le livre de l’Exode pour parler de la marche dans le désert vers la terre promise : « Oui, je vais faire passer un chemin dans le désert, des fleuves dans les lieux arides, pour désaltérer mon peuple. » 

Dans ce neuf que le Seigneur a tracé dans votre vie, après les douleurs de la séparation, vous avez découvert, comme le peuple en exil, que Dieu n’abandonne pas son alliance, il est fidèle. Il vous a fait comprendre de l’intérieur que l’alliance conclue avec vous lors du sacrement du mariage est toujours source de vie si vous y restez fidèle, même si votre conjoint a pris un autre chemin. 

La route paraissait sans issue, alors un chemin nouveau s’est présenté à vous, qui est d’abord l’union à Jésus mort et ressuscité, comme en témoigne l’apôtre Paul dans la 2e lecture1, et le pardon manifesté à la femme par Jésus8

L’apôtre Paul nous dit avec ses mots comment la rencontre avec Jésus sur le chemin de Damas a bouleversé sa vie : « A cause de lui, j’ai tout perdu, devenant semblable à lui dans sa mort. » 

Quand est venue la douleur de la séparation vous avez vécu comme une mort. Vous avez fait l’expérience du mystère pascal : il s’agit de connaitre le Christ, d’éprouver la puissance de sa résurrection et de communier à sa Passion avec l’espoir de parvenir à la résurrection d’entre les morts. 

De cette union à Jésus dans sa mort a jailli la vie, un autre chemin que celui de s’enfermer dans le passé, l’amertume, la rancœur, ce chemin est celui du pardon révélé par Jésus dans l’Evangile. Le pardon de Jésus ne nie pas le péché mais ouvre à la femme un nouvel avenir, un avenir de paix. Ce pardon est un chemin long, il n’est pas toujours accepté, mais pour vous, il peut créer des relations nouvelles dans votre entourage, et ouvrir de nouveaux chemins de vie. » 

Extraits de l’homélie de Mgr Michel Santier, évêque de Créteil 

1 Ph 3, 8-14 : « je cours vers le but auquel Dieu nous appelle là-haut... » 8 Jn 8, 1-11 : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pêche plus. »