Imprimer
Catégorie : en Languedoc
Affichages : 345

Languedoc 345 1 J'ai découvert l'usage de la terre argileuse pour faire du modelage en 2015. Cette activité, d'abord effectuée deux heures par semaine au sein d'une association, ce qui représentait très peu de chose, est devenue assez rapidement une passion au point que je me suis mis à en faire chez moi dans mon salon, puisque je vis en appartement, où je me suis aménagé un coin atelier permanent.

La terrasse me permet aussi d'y travailler lorsque la saison s’y prête et surtout d'y effectuer le ponçage qui génère énormément de poussière ! L'entreposage des pièces pose un problème de place, aussi je m'attache à réaliser des choses pas trop volumineuses…

Après la phase de modelage, il y a une longue phase de séchage et de ponçage éventuel, puis la pose de couleurs avec une première cuisson à 950° dans un four à céramique, enfin la phase d'émaillage, coloré ou non, suivie d'une seconde cuisson à plus de 950°. La pièce est alors terminée.

 Grâce à l'association, j'ai participé aux expositions qu'elle organisait et obtenu le prix du jury en 2018, qui m'encouragea à persévérer. J'ai ainsi participé au Salon des artistes du bassin de Thau en avril 2019 et fait partie d'une association d'artistes à Frontignan, qui expose régulièrement ses œuvres de peinture, sculpture et art plastique.

languedoc 345 2Assez rapidement, je suis donc passé du modelage basique à la sculpture, avec à l'esprit quelque part de faire aussi des œuvres religieuses. J'ai donc été inspiré (?) de réaliser une statue de Marie qui présente son enfant au monde, puis l'idée d'une crèche est venue également, non pas faite de santons traditionnels mais sous forme d'un tableau de céramique, "grattée" pour faire les ombres, qui viennent contraster avec la vive lumière émanant du Christ enfant.

Je souhaitais également réaliser une statue du Christ... Comment ne pas songer au magnifique tableau du Christ miséricordieux inspiré à sœur Faustine en 1931 ?

Petit historique Sœur Faustine s'étant vainement essayée à la peinture, elle choisit le peintre Eugène Kazimirowski pour réaliser le plus exactement possible ce qu'elle lui décrivait... Déçue par le tableau, elle dit à Jésus : « Qui te peindra aussi beau que tu l'es ? » Elle entendit : « Ce n'est ni dans la beauté des couleurs, ni dans celle du coup de pinceau que réside la grandeur de ce tableau, mais dans Ma grâce » et c'est ainsi que, par ses rayons, le Christ vient toucher le monde...

Achevé à Vilnius, ce tableau fut caché pendant des décennies de période communiste et survécut au gel, à l’humidité et aux périls divers... « Je promets que l'âme qui honorera ce tableau ne sera pas perdue. Je lui promets aussi la victoire sur ses ennemis d'ici-bas, spécialement à l'heure de la mort. Moi-même je la défendrai, comme Ma propre gloire » (PJ 47). Dix ans après, un second peintre, Adolphe Hyla reprenant le petit journal de sœur Faustine décédée entre temps, réalisa un tableau plus à son idée et celui-ci a été placé en 1944 dans la chapelle de Cracovie où il est toujours vénéré. 

languedoc 345 3J'ai beaucoup prié l'Esprit Saint pour qu'il m'aide au fur et à mesure du modelage du Christ miséricordieux pour lequel j'ai fait un mix des deux tableaux parce que les couleurs du premier m'inspiraient moins... Cette statue ainsi que celle de la Vierge Marie ont été bénies en 2018 au cours d'une recollection à Anduze par le père Emmanuel, notre conseiller spirituel (voir Anneau de feu n°336).

J’ai travaillé parallèlement à des sculptures pour les expositions futures et réalisé des bijoux en céramique, dont des croix avec un cœur et des cœurs brisés qu'il est possible d'acquérir...

Je n'étais pas prédisposé à faire de la sculpture, ce n'était pas mon métier, rien ne laissait présager que je rencontre la CNDA, je n'aurais jamais pensé faire le Christ miséricordieux quand j'ai commencé la céramique...

Emmanuel (Balaruc-les-Bains)
partagé par Marie-Claire (Pont-Saint-Esprit) - Languedoc

 1 (www.faustine-message.com)